Four à boulets

Le four à boulets de la tour Vauban de Camaret avec son toit pentu et sa cheminée. A l'étage inférieur des créneaux de tir qui n'ont rien à voir avec le four. La tour Vauban est construite entre 1689-1690 et 1696 et ce n'est qu'en 1794 qu'un four à boulet est inséré dans les murs après qu'un poste de guêt soit supprimé. La sortie des boulets dans la cour intérieure, se fait par une goulotte en pierres courbes.

Four à boulets du fort de la Fraternité.

Vestiges du four à boulets du fort de la Fraternité, au centre.

Principe de base du four à boulets.

Le four à boulets ou four à rougir les boulets est une invention dont la date est inconnue du fait que la pratique de chauffer des projectiles pour qu'ils incendient les cibles une fois tirés est ancienne. L'usage du métal passé au feu se faisait dans un creuset rempli de charbon de bois incandescent. Chauffer un boulet prenait plusieurs heures. Peu à peu, des solutions techniques ont été développées pour réduire le temps d'attente et augmenter la cadence de production de boulets rouges – l'expression "tirer à boulets rouges" provient de cette stratégie militaire.

Fin 18ème siècle, et ceci jusqu'en 1843, les boulets de canon, simples sphères métalliques pleines ou creuses selon les époques, sont présentés à l'entrée d'enfournement surélevée de quelques marches du four à boulets. L'artilleur pose les boulets sur des rails en fer du conduit incliné, tapissé de briques réfractaires. Les boulets roulent vers la partie chauffante basse. Il s'agit d'un feu entretenu par un autre artilleur. La combustion de bois se fait dans un foyer dans lequel sont présentés les premiers boulets qui, pour un four très performant, sont à 800° en une demi-heure. La cendre du foyer tombe dans un cendrier sous l'âtre. La fumée s'échappe par le conduit d'arrivée des boulets et remonte jusqu'à un conduit vertical élevé juste avant la passe d'enfournement. L'extraction des boulets rouges se fait après le passage par dessus le foyer grâce aux rails ou grilles, avec une pince à oreilles à manches longs qui est utilisée par un troisième artilleur qui emporte ce boulet vers un canon afin d'en charger la gueule.

L'opération est dangereuse et sujette à des incidents de tir répétés, les artilleurs s'en plaignent autant qu'ils s'en craignent. Le canon est muni d'une gargousse réduite – sac de poudre noire explosive – l'enveloppe de parchemin, ou cartonnée est humidifiée. On y ajoute un tampon de foin humide ou d'argile trempée. Le boulet chaud arrive grâce à une cuiller de batterie, dans certaines batteries on ajoute ensuite un nouveau tampon mouillé de foin ou d'argile. La mise à feu est classique, le boulet est tiré et doit atteindre le navire ennemi si possible en se fichant dans la coque en bois ou de même sur le pont du vaisseau. Le but est de créer un incendie à bord pour réduire la capacité de tir des marins ennemis occupés à tirer vers la côte leurs propres boulets qui peuvent éventuellement être rougis. Avec ce genre de tirs, les canons chauffent énormément. Les recommandations des manuels d'artillerie quant à des refroidissements par aspersion d'eau, ne peuvent être toujours suivies des faits par manque d'eau à disposition. De plus le passage du froid au chaud et inversement crée des dilatations brusques du canon qui vieillit prématurément. La dilatation du boulet peut aussi être préjudiciable. Enfin, le recul du canon "bouché" est nettement plus important et donc plus dangereux.

Parmi les plans des différents modèles de four, un semble avoir été un plan type reconnu par les instances militaires françaises, celui du Général Meusnier*, modèle à réverbération (ou à réverbère – concentration et limitation des pertes de chaleur par une voûte de réverbération en terre cuite). Le modèle est validé en 1793 (longueur totale 5.40m) et reste le plus évolué et efficace mais coûte aussi cher qu'un canon soit environ 1600 frs. Une version type 1795 (longueur totale 4.50m) est mise au point, plus efficace, plus économique, cette version sera une référence. Néanmoins une commission des fortifications demande une expertise en 1810 puis en 1820 afin de connaître l'efficacité des fours. Seul le modèle Meusnier écourté avec un gril, soit une grille de chauffe sous les boulets, parvient à ses fins. Les autres modèles sont décevants. Une ultime version du four Meusnier est élaborée en 1820 d'une longueur de 3.10m, il n'en n'existera pas de meilleure ! Les fours Meusnier résistent aux boulets ennemis, ce qui n'est pas le cas de tous les autres modèles en service.

Outre le temps de préparation (il est préconisé l'usage de forges à soufflet si l'attaque ennemie est furtive), outre la dangerosité de la manipulation, le fait de placer un ou plusieurs fours dans une batterie de côte qui est sensée rester discrète aux yeux de la flotte ennemie au large, indique la position de cette batterie à cause des fumées s'échappant des fours. L'ennemi informé de la disposition des défenses côtières décide donc d'être prudent.

En 1843, les fours sont interdits de construction mais pas encore d'usage pour ceux qui sont encore en état à cause du délabrement des bâtis non entretenus et des pillages de la population avoisinant les batteries malgré la présence d'un gardien : ceci concerne tout particulièrement les briques réfractaires et les métaux (les matériaux rares et donc chers). En 1865, ils sont officiellement déclassés. L'obusier à obus explosif est affecté dans les batteries reléguant ainsi l'usage du four à boulets à une inutilité définitive tout comme les canons qu'il servait. Les premiers navires à coque blindée apparaissent sur mer.

En Presqu'île de Crozon, la présence de 5 fours à boulets est attestée; sans doute, il y en eut bien d'autres :
• 2 fours à boulets à la batterie basse de Cornouaille, il n'en reste rien.
• 1 four à boulets à la batterie de Beaufort, il subsiste des traces de soubassement.
• 1 four à boulet au fort de la Fraternité, en ruines.
• 1 four à boulet à la tour Vauban de Camaret-sur-Mer : restauré.

* Jean-Baptiste Marie Charles Meusnier 1754 - 1793 militaire, géomètre et ingénieur français.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Batterie de Beaufort - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021