Tour Vauban de Camaret - Fortification de la Presqu'île de Crozon

La Tour Vauban au lever du jour.

La Tour Vauban sur le sillon de Camaret-sur-Mer

L'anse de Camaret est un lieu idéal pour un débarquement ennemi qui aurait tôt fait de revenir vers Brest et faire tomber ce port primordial de la Royale (Marine française).

Sébastien le Preste de Vauban (1633 – 1707) ingénieur et certainement architecte militaire de génie sous Louis XIV, qui est en charge de la construction des défenses côtières de la France, une sorte de mur de l'atlantique avant l'heure nommé alors la "ceinture de fer", fait implanter une tour crénelée, truffée de meurtrières, cernée par une plate-forme pour 9 canons orientés sur 200°, le tout entouré d'une douve murée. La batterie côtière complète devait se composer de 48 canons de marine. Il semblerait que Vauban ait tergiversé pour aboutir.

L'exécution des travaux est effectuée par l'ingénieur Traverse, collaborateur de Vauban, à partir de 1690 pour le terrassement et les préparatifs et 1693 pour l'élévation.

Efficacité de cette défense monumentale vite mise à l'épreuve le 18 juin 1694 - bataille de Trez-Rouz, alors que le chantier est inachevé. Le dernier étage de la tour n'est pas construit, pourtant la flotte anglo-hollandaise tente un débarquement dans le port et sur les plages voisines. L'ennemi est repoussé grâce à la puissance de feu de la tour.

Traverse apporte un plan modificatif avant la fin des travaux, plan annoté par Vauban en 1696. 2 embrasures de canon sont ajoutés ce qui permet de passer à 11 canons.

Isaac Robelin dessine un plan en date du 9 décembre 1722. L'architecte est en charge des défenses de Brest après Vauban. Le plan amène des modifications dans la construction. Suppression de lucarnes du toit et surtout dallage de la cour de la batterie basse qui à l'origine était prévue en madriers de bois.

L'armement est composé de 9 canons de 24 livres et de 2 mortiers sur la plate-forme basse en embrasures et de quatre canons de 18 livres en haut de la tour pour du bombardement.

Les embrasures sont obturées en 1780 et les tirs se font par dessus le parapet. Le calibre le plus élevé fut du 48 livres pour un à deux canons selon les dates.

La tour sera modifiée en 1794 avec l'adjonction d'un four à boulets. Les boulets rougis au feu tombent sur les ponts des navires en bois et créent l'incendie à bord.

Ensuite, périodiquement et sous la contrainte des évènements politiques, la tour Vauban est remaniée et rééquipée de nouveaux canons toujours plus puissants. Une puissance telle qu'au 19ème siècle, il n'est plus possible d'armer la tour qui s'effondrerait comme un château de cartes si elle devait recevoir un obus ennemi. Une batterie côtière provisoire est installée au sol entre la tour et la chapelle Rocamadour en 1861.

Curieusement, il est possible de louer les lieux et d'y habiter quelque temps, ce que fera André Antoine.

La tour Vauban est classée aux monuments historiques en 1907.

Lors de la première guerre mondiale, pour alimenter la CAM 59 (base d'hydravions du sillon), une citerne d'eau en béton y est construite -  la tour est de plus en plus négligée, abîmée.

En 1930, un projet de restauration est prévu mais la seconde guerre mondiale interrompt l'élan. La tour Vauban échappe à la guerre car l'armée d'occupation ne s'en sert pas de manière stratégique à cause de sa fragilité. Cependant, l'armée alliée, sans doute l'aviation américaine, mitraille la tour avec des projectiles incendiaires, le 3 septembre 1944 (le grand bombardement de la presqu'île), ce qui a pour conséquence de déclencher l'embrasement de la toiture.

Cette fois est la bonne, en 1955, un nouveau projet de restauration est lancé avec exécution en 1956 et 1957. Les choix de restauration sont une compilation et interprétation des différents aménagements des siècles passés... La couleur rouge provient d'un enduit à base de chaux et de briques pilées appliquées. Un choix de couleur pour rappeler ce que Vauban appellait la "Tour dorée". Certains historiens hurlent au massacre magistral. Ne serait-ce que la toiture, comment fallait-il agir puisqu'elle faisait partie intégrante de la tour crénelée par intermittence selon les époques ?

Suite à cela, un musée de la Marine s'y installe jusqu'en mai 1993.

La Tour Vauban est classée patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2008.

Corps de garde du Gouin

Arche de Camaret

Chanoine Bossennec

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Fresque murale Sevellec Henriot

Grue à mâter d'armement

Phare du Toulinguet

Port de plaisance

Quai Gustave Toudouze

Quai Kléber

Quai Téphany

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Tour Vauban

Villas maisons hôtels

Chez Mémé Germaine

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Fontaines



A la une :

Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019