Ecole du Kerloc'h – Poteau Bleu - Camaret-sur-Mer

La première école du hameau de Kerloc'h (1882) est une grande maison privée louée par la mairie de Crozon à peine salubre qui reçoit 50 élèves et dont le grenier non aménagé sert de logement à l'instituteur. L'académie propose la construction d'une école neuve aux normes standards de l'époque. Le projet patauge dans la lande marécageuse avant de désigner un terrain.

La construction est enfin réalisée à minima sans préau, sans adduction d'eau ni réserve avec des malfaçons notoires en 1896 jusqu'au 12 janvier 1897. Impossible d'y faire classe sans regrouper les élèves en toute mixité ce que propose l'inspecteur d’académie. Les parents refusent et veulent une classe de filles avec une maîtresse et une classe de garçons avec un maître. L'ancienne école reste ouverte jusqu'en 1899 en renfort. La nouvelle école est le refuge d'une jeunesse tapageuse qui vient y danser et faire le chambard le dimanche.

En 1906, le hameau de Kerloc'h comme d'autres est rattaché à la commune de Camaret-sur-Mer dont la municipalité développe l'école au fur et à mesure que la population locale croît mais avec une lenteur qui défie l'entendement. Les garçons ont un préau et une cheminée pour chauffer la gamelle de midi, pas les filles... 110 élèves pour deux classes en 1934... En 1938, l'école a enfin trois classes et un préau mixte.

L'école est réquisitionnée le 6 janvier 1941 par l'armée allemande. Les filles ont école à la chapelle St Julien. Les garçons à Camaret dans une grande salle à Croas-Vari. La maternelle dans une grange à côté d'un bunker de la plage du Kerloc'h. Des troupes s'en servent comme dortoir. L'école est dégradée.

Un groupe d'artilleurs s'y installe en janvier 1942 en même temps qu'ils installent un télémètre à proximité pour guider des tirs antiaériens. Des aviateurs Anglais repartant vers Kerbonn avant le retour en Angleterre et ayant pris soin d'avoir bombardé la base du Poulmic passent au-dessus de l'école. L'expérience prend fin un mois plus tard, du jour au lendemain l'école est vide.

En Mars 1943, l'école devient un dépôt allemand de ciment sous haute surveillance. Le ciment est aussi précieux que le carburant. Les constructions du mur de l'atlantique de Camaret-sur-Mer consomme du béton de façon frénétique. Le bricolage des particuliers est interdit pour éviter que les Camarétois n'utilisent le moindre matériau de construction. Les entreprises réquisitionnées font l'ensachage elles-mêmes sur place.

Après guerre, jusque dans les années soixante et la construction d'une quatrième classe (1967 - préfabriquée), l'école du Poteau Bleu ou du Kerloc'h selon sa dénomination est en croissance constante. Malheureusement, la population va commencer à décroître, l'école entre en survivance jusqu'à ce qu'en 1997 les 48 élèves et les deux classes subsistantes soient transférées à l'école du Lannic.

Manoir de Saint Pol Roux

Abri du marin

Auberge de jeunesse

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Grand hôtel des pois

Grand Magasin

Hôtel de France veuve le Goff

Hôtel de la Marine veuve Dorso

Hôtel Moderne

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Réparation mécanique

Salle de Venise

Station service Purfina

Villa André Antoine

Villa atelier Marcel Sauvaige

Villa Dirag ar Mor Gustave Toudouze

Villas maisons hôtels

Moulin à vent

Pont du Kerloc'h



A la une :

L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
La trace d'un petit commerce d'alimentation.
L'école de Saint Hernot - Maison des Minéraux.
L'abri du champ de tir de l'Anse de Dinan de l'armée : le mystère est complet.
L'histoire de la gestion de la forêt domaniale de Landévennec, ce n'était vraiment pas écolo !
L'effondrement de la falaise, un destin écrit d'avance.
Le statut des femmes lu sur les pierres tombales.
La charrue locale.
La belle histoire du Relais des pêcheurs.
Deux conceptions de l'urbanisme, la maison de santé d'Argol et la villa Gradlon à Morgat.
Les griffes de l'écureuil.
Démolition de la chapelle de Morgat.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.



Une information, une demande :

© 2019