La chapelle Notre-Dame de Rocamadour - Roz Madou

Encadrement de porte sombre en kersanton qui pourrait être une récupération de l'église du 14ème siècle. La pierre dorée est un microgranit de Logonna.

Photo d'une reproduction d'une peinture de Charles Cottet qui représente des Camarétoises venant en cape de deuil devant l'église incendiée en 1910. Le peintre a contribué, à sa manière, à la sensibilisation des personnes influentes pour que soit sauvée la chapelle en peignant plusieurs oeuvres sur le thème.

Dallage en micaschiste du Conquet à droite.

Le clocher décapité de la chapelle de Notre Dame de Rocamadour a permis de propager un fait historique qu'aucun écrit ne confirme malgré tout. Un boulet hollandais tiré de l'un des navires de la flotte anglo-hollandaise, en 1694, aurait atteint la flèche.

Eglise de Notre-Dame de Rocamadour - Camaret-sur-Mer

Au cours d'une grande marée, les galets de la plage ont été projetés au delà du parapet de la digue pour rouler sur la pelouse de l'église. Certains galets ont la taille d'une boîte à chaussures. La répétition de se phénomène de criblage a contraint la commune à obturer la baie des vitraux trop souvent déteriorée.

La chapelle de Notre Dame de Rocamadour de Camaret-sur-Mer fut élevée sur le sillon en 1527 comme semble l'attester une inscription sculptée. Elle serait une troisième reconstruction d'une chapelle précédente qui aurait été recommandée par le pape Grégoire XI dans un bref qui mentionne qu'il sera accordé des indulgences aux fidèles qui financeront une seconde reconstruction d'une chapelle et ceci en 1373. Ainsi en remontant de reconstruction en reconstruction, la première date proposée par l'histoire serait 1183 qui correspondrait à la première édification pérenne. Ce qui n'exclut pas qu'avant cette église initiale, il n'y ait pas déjà eu un lieu de culte du type oratoire précaire dont il ne reste jamais aucune trace à cause de la fragilité des matériaux entrepris, souvent du bois ou des murs en pierres sèches.

La version de 1527 qui reprend des pierres de l'église antécédente, fut rénovée en 1610, 1647, 1657, 1683. Des dates gravées sur l'église le rappellent avec les noms de quelques recteurs D. MYTTERN, Hervé TORREC (Fabricien 1647), Joseph KERAUDREN (recteur de 1640 à 1649), DANIEL (Curé 1688) Y PALUD (Fabricien). Ainsi depuis « toujours », la chapelle de Rocamadour a du subir les agressions maritimes. Le sillon naturel d'origine n'était qu'un long banc de galets que les fortes marées ou les tempêtes devaient déborder aisément. D'ailleurs au 17ème siècle, le sillon est encore avalé par la mer et transforme la chapelle en îlot insubmersible aux grandes marées. Le bâti a probablement souffert de cette exposition mais cette proximité avec les pêcheurs partant en mer devait compenser les investissements répétés de l'entretien.

Ultime destruction de la chapelle, l'incendie de la nuit du 24 25 février 1910 qui malgré l'intervention de la population, sur l'alerte d'un douanier, des militaires du 18ème bataillon d'artillerie de Lagadjar ainsi que des pompiers, n'a pas épargné les boiseries, la charpente et le mobilier religieux. La restauration estimée à 10000 fr fut budgétisée pour part par une souscription auprès de la population souvent démunie par la crise de la sardine (la raréfaction de ce poisson a conduit à la famine) et surtout par une détermination sans faille du poète Saint Pol Roux, président du comité de restauration, qui a ameuté toutes ses connaissances et supplié le ministère de l'Intérieur et des cultes. Tant bien que mal et avec la bonne volonté des charpentiers de marine locaux dont François Keraudren et son célèbre chantier naval, la charpente fut agencée à la manière d'une coque de bateau.

Le choix du nom de Rocamadour viendrait du breton roc'h a ma dour – roc au milieu des eaux. Il faut aussi ajouter la légende ou l'histoire, selon l'intime conviction de chacun, qu'un prêtre aurait souhaité reprendre le nom de Rocamadour du Quercy qui est une halte sur le chemin de Compostelle dans l'espoir de transformer Camaret en halte de pèlerins de la région.

Inscriptions :
Nef : "D.MYTERN. CVRE. 1610." - "M: IO: K/AV(DREN): FE: TORR(EC): F: 1647" - "F. TORR/1648".
Clocher : "Mre : A KAVDREN: RECTEVR/I: DANIEL CVRE. 1685. Y. PALVD. F." (Alain Keraudren, recteur de 1671 à 1713).
- "... N: LE/ ... YES/... FAB".
Porte : "LAN M Vc XXVII/FVT FONDE LA/CHAPELLE nre DAe ROC."

Inventaire mobilier :
- Maître-autel en tombeau galbé du XVIIIe siècle.
- Autel latéral en tombeau galbé avec retable à pavillon dépouillé de ses statuettes, XVIIe siècle.
- Chaire à prêcher avec abat-voix, sans sculptures, signée J. Keraudren, 1914-1915.
- Statues en bois polychrome : Christ en croix, deux Anges adorateurs, XVIIIe siècle
- Bateau ex-voto "Le Souvenir".

Patrimoine religieux de Camaret-sur-Mer

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

In hoc signo vinces



A la une :

Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019