Le pressage des piles de sardines

Dans les murs de certaines maisons de Camaret, on peut trouver des rangs horizontaux de petites niches qui recevaient un levier chacune qui servait au pressage des sardines.

Un ancien magasin avec sa vitrine obturée. La console de vente subsiste. Présence d'un renfort en arc au-dessus de la vitrine pour éviter que le linteau ne se brise.

Les quantités de pêche des sardines à Camaret, comme dans tous les ports sardiniers, dépassaient largement les quantités consommées le jour de la pêche. La sardine ne se conservant pas, il fallut, depuis des siècles (les Romains conservaient déjà leurs sardines dans des cuves), trouver des moyens de conservation pour plusieurs semaines, voire plusieurs mois. La première méthode fut de superposer des couches de sel et de sardines dans des pots en grès fermés ; en quatre mois la sardine était jaune et se cuisait à la vapeur avec des pommes de terre. Cette méthode ne permettait pas une exportation rentable.

La mise en pile des sardines avec des intercalaires de sel constituait des tas (pile) que les presseurs laissaient ainsi durant 12 jours environ. Ensuite des femmes enfilaient les sardines une à une par les ouïes avec une broche de coudrier puis les portaient sur des civières pour être lavées dans de l'eau de mer à marée basse. Venait l'opération d'égouttage avant que ces sardines ne fussent rangées par milliers dans des barils. Ces barils de hêtre cerclés de fer étaient percés en leur partie inférieure. Le presseur avait aligné ses barils au pied d'un mur intérieur de son magasin. Un levier en bois dont l'une des extrémités était insérée dans une niche de ce mur appuyait sur un capot de bois épais. Le levier avait à son autre extrémité un contrepoids. Les sardines étaient pressées baril par baril et perdaient l'huile, elle-même récupérée pour l'éclairage des lampes. Une huile d'une odeur épouvantable quand elle était en combustion mais c'était économique.

Les barils étaient livrés essentiellement dans le Nord de la Bretagne jusqu'à la Manche et le Maine car on aimait y faire griller ces sardines pressées qu'il n'était plus possible de cuire à l'eau. Les autres régions préféraient consommer la sardine à la saumure (malestran) comme les ports du Sud Finistère les préparaient.

Les femmes y travaillaient pour 6 frs le barils en manipulant des centaines de kilos de sel - Il fallait 20% de sel de plus que de sardines pour réussir le pressage. Le baril moyen était de 3000 sardines. Les presseurs étaient une soixantaine (73 au plus fort de l'activité en 1885) jusqu'à ce que les conserveries ne commencent à se construire dans la seconde moitié du 19ème siècle. L'entreprise familiale de pressage employait des saisonniers et vendaient aussi ses produits sur place dans la partie boutique.

Progressivement ce sera la fin des commerces de pressage qui occupaient avec les débits de boissons les principaux rez-de-chaussée des maisons de Camaret-sur-Mer tout particulièrement la rue de Bruxelles. Le Quartier du Notic était parfumé à la sardine et l'on se nourrissait à la sardine... Les rues étaient glissantes et puantes, c'était la belle vie pour les presseurs qui vivaient à l'étage de leur commerce. Les pêcheurs y trouvaient suffisamment leurs comptes, ils écoulaient leurs pêches et les cours variaient peu, l'inverse se produira du temps des conserveries.

Un très petit nombre de presseurs va pouvoir survivre jusqu'à la première guerre mondiale sachant que les conserves de sardines à l'huile dans des boîtes métalliques étaient des produits de luxe que les paysans ne pouvaient s'offrir. A la fin de l'été, la pêche des sardines était si abondante que les usines arrivaient à saturation. Les quelques presseurs subsistants achetaient alors le mille de sardines 5 frs au lieu des 7 frs habituels. Cette opportunité du marché ne suffira pas quand le prix de la boîte de sardines se démocratisera.

Les barils de hêtre étaient fabriqués au port et généraient des magasins de tonnellerie et des forges. Des emplois à foison qui s'ajoutaient à ceux de la construction navale.

Manoir de Saint Pol Roux

Abri du marin

Auberge de jeunesse

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Grand hôtel des pois

Grand Magasin

Hôtel de France veuve le Goff

Hôtel de la Marine veuve Dorso

Hôtel Moderne

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Réparation mécanique

Salle de Venise

Station service Purfina

Rue Georges Ancey

Villa André Antoine

Villa atelier Marcel Sauvaige

Villa Dirag ar Mor Gustave Toudouze

Villas maisons hôtels

Moulin à vent

Pont du Kerloc'h

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines



A la une :

Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Déploiement de la fibre optique en presqu'île de Crozon.
L'Otiorhynque : le malheur du jardinier.
La reine Margherita à Morgat, celle qui porte le nom de la fameuse pizza !
Les femmes et enfants réfugiés Républicains Espagnols à la caserne Sourdis. Une histoire d'humanité.
La fin des chasseurs de mines type tripartite CMT.
La difficile entente entre une antenne relais et son environnement.
Navire transporteur de structures offshores SEAJACKS SCYLLA.
L'essai du sous-marin Nautilus de Robert Fulton.
Des volets rouges, un tournage de film sur la montagne de Camaret...
Station radio allemande à Tal ar Groas Kervenguy.
Du temps où le Menez Gorre était un mont haut.
Station d'écoute aérienne de Messibioc en Lanvéoc.
Le temps est passé et pourtant, mourir en vacances. Fait divers tragique.
L'algue Laminaire transporteuse de galets.
Mourir de la guerre, après guerre : Gaston Beven Pilote Aviateur
Les ragondins sont-ils de Gauche.
Une ferme solaire en presqu'île de Crozon.
Rue : Georges Ancey, toute une époque révolue.
Comment se forme une flaque (dépression) d'eau de mer sur la plage ?
Brise-lames utilité et fonctionnement.
Resencement : ça baisse !!!
Une baisse de la population à cause du sable marin.
Comment meurent les oiseaux ?
Panneaux et affichages variés des polluants pour défendre l'environnement.
Le vol d'une légende : une Alouette dans le ciel de la presqu'île de Crozon.
Marcel Clédic, le dernier résistant Finistérien ayant participé à la libération de la presqu'île de Crozon s'est éteint.
L'almanach : le big data d'antan.
Jim E Sévellec peintre céramiste.
Evolution de l'urbanisme en Crozon : de la conserverie Péron à l'habitat social.
Les légions étrangères allemandes en Crozon
La tempête Bella provoque une tempête d'écume de mer.
Monique Keraudren & Gérard Aymonin botanistes.
La batterie de DCA française de Kerguiridic.
Planches de bois découvrantes à la plage de l'Aber Est.
Pen ar Vir en Lanvéoc une position de d'écoute et de projecteur de la DCA française avant 1940.
Référendum d'initiative partagée court-circuité !
Le manoir disparu de Keroumen.
Batterie antiaérienne de Trébéron Cr354.
Différence entre éboulement et écroulement.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
E-book - livre numérique gratuit.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020