Le pressage des piles de sardines

Dans les murs de certaines maisons de Camaret, on peut trouver des rangs horizontaux de petites niches qui recevaient un levier chacune qui servait au pressage des sardines.

Un ancien magasin avec sa vitrine obturée. La console de vente subsiste. Présence d'un renfort en arc au-dessus de la vitrine pour éviter que le linteau ne se brise.

Les quantités de pêche des sardines à Camaret, comme dans tous les ports sardiniers, dépassaient largement les quantités consommées le jour de la pêche. La sardine ne se conservant pas, il fallut, depuis des siècles (les Romains conservaient déjà leurs sardines dans des cuves), trouver des moyens de conservation pour plusieurs semaines, voire plusieurs mois. La première méthode fut de superposer des couches de sel et de sardines dans des pots en grès fermés ; en quatre mois la sardine était jaune et se cuisait à la vapeur avec des pommes de terre. Cette méthode ne permettait pas une exportation rentable.

La mise en pile des sardines avec des intercalaires de sel constituait des tas (pile) que les presseurs laissaient ainsi durant 12 jours environ. Ensuite des femmes enfilaient les sardines une à une par les ouïes avec une broche de coudrier puis les portaient sur des civières pour être lavées dans de l'eau de mer à marée basse. Venait l'opération d'égouttage avant que ces sardines ne fussent rangées par milliers dans des barils. Ces barils de hêtre cerclés de fer étaient percés en leur partie inférieure. Le presseur avait aligné ses barils au pied d'un mur intérieur de son magasin. Un levier en bois dont l'une des extrémités était insérée dans une niche de ce mur appuyait sur un capot de bois épais. Le levier avait à son autre extrémité un contrepoids. Les sardines étaient pressées baril par baril et perdaient l'huile, elle-même récupérée pour l'éclairage des lampes. Une huile d'une odeur épouvantable quand elle était en combustion mais c'était économique.

Les barils étaient livrés essentiellement dans le Nord de la Bretagne jusqu'à la Manche et le Maine car on aimait y faire griller ces sardines pressées qu'il n'était plus possible de cuire à l'eau. Les autres régions préféraient consommer la sardine à la saumure (malestran) comme les ports du Sud Finistère les préparaient.

Les femmes y travaillaient pour 6 frs le barils en manipulant des centaines de kilos de sel - Il fallait 20% de sel de plus que de sardines pour réussir le pressage. Le baril moyen était de 3000 sardines. Les presseurs étaient une soixantaine (73 au plus fort de l'activité en 1885) jusqu'à ce que les conserveries ne commencent à se construire dans la seconde moitié du 19ème siècle. L'entreprise familiale de pressage employait des saisonniers et vendaient aussi ses produits sur place dans la partie boutique.

Progressivement ce sera la fin des commerces de pressage qui occupaient avec les débits de boissons les principaux rez-de-chaussée des maisons de Camaret-sur-Mer tout particulièrement la rue de Bruxelles. Le Quartier du Notic était parfumé à la sardine et l'on se nourrissait à la sardine... Les rues étaient glissantes et puantes, c'était la belle vie pour les presseurs qui vivaient à l'étage de leur commerce. Les pêcheurs y trouvaient suffisamment leurs comptes, ils écoulaient leurs pêches et les cours variaient peu, l'inverse se produira du temps des conserveries.

Un très petit nombre de presseurs va pouvoir survivre jusqu'à la première guerre mondiale sachant que les conserves de sardines à l'huile dans des boîtes métalliques étaient des produits de luxe que les paysans ne pouvaient s'offrir. A la fin de l'été, la pêche des sardines était si abondante que les usines arrivaient à saturation. Les quelques presseurs subsistants achetaient alors le mille de sardines 5 frs au lieu des 7 frs habituels. Cette opportunité du marché ne suffira pas quand le prix de la boîte de sardines se démocratisera.

Les barils de hêtre étaient fabriqués au port et généraient des magasins de tonnellerie et des forges. Des emplois à foison qui s'ajoutaient à ceux de la construction navale.

Manoir de Saint Pol Roux

Abri du marin

Auberge de jeunesse

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Grand hôtel des pois

Grand Magasin

Hôtel de France veuve le Goff

Hôtel de la Marine veuve Dorso

Hôtel Moderne

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Réparation mécanique

Salle de Venise

Station service Purfina

Rue Georges Ancey

Villa André Antoine

Villa atelier Marcel Sauvaige

Villa Dirag ar Mor Gustave Toudouze

Villas maisons hôtels

Moulin à vent

Pont du Kerloc'h

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021