L'usine rouge

La maison du gérant de l'usine rouge.

Un vague souvenir d'une toiture rouge au pays des ardoises.

L'acte notarié du 5 mars 1880, rédigé à Brest, constate la création de la Société anonyme Brestoise de produits alimentaires destinée à fabriquer des conserves alimentaires et pratiquer le commerce de poissons frais. Dans les faits il s'agit d'une friterie comme on nommait alors les conserveries de sardine. Le capital de 200 000frs est partagé en 200 actions dont le gérant Eugène Fouché Royer est détenteur de 83 d'entre-elles et le reste est partagé de manière disparate entre les 6 autres actionnaires. La société achète une maison qui jouxte le terrain à bâtir de 2900 m². Le gérant y réside et bénéficie de la gratuité du chauffage. L'usine est construite en 1881 avec son toit de tuiles mécaniques rouges, une nouveauté qui offre l'occasion aux Camarétois de nommer l'entreprise qui emploie le plus grand nombre d'ouvriers, l'usine rouge. La conserverie fonctionne à plein régime grâce à une astuce. Eugène Fouché Royer a fait construire une estacade (un ponton fixe en bois de 60 mètres de long) devant l'usine permettant aux pêcheurs de livrer leurs sardines dans un moindre effort quel que soit le niveau de la marée. Un petit plus apprécié.

Juste avant la crise sardinière, en 1900, l'effectif de l'usine se monte à 110 personnes : 3 mineurs de 13 à 16 ans, 28 mineures de 13 à 18 ans, 65 femmes et 14 hommes essentiellement des soudeurs de boîtes de sardines pour 211 000 boîtes de sardines à l'année. En 1912, les employés ne sont plus que 60 pour 200 000 boîtes de sardines fabriquées.

Dissolution de la société le 21 mars 1931 après plusieurs bilans annuels négatifs dûs à la concurrence et à la démocratisation du produit qui se vend toujours moins cher. Les actifs sont vendus aux plus offrants. Les lots se partagent entre Mr et Mme Ollivier-Albert et Rosalie Le Fur ainsi que Messieurs Alexandre et Félix Morvan qui ont des activités de construction de marine (1936). L'usine n'est pas complètement démantelée et poursuit une faible activité jusqu'en 1940. L'usine fut la plus grande productrice locale mais loin d'être la plus rentable comme put l'être l'usine Béziers.

L'armée d'occupation allemande prend possession des locaux et fait fonctionner de manière aléatoire la sardinerie quand le manque de nourriture se fait sentir. La pêche est officiellement interdite pour ne pas que les pêcheurs transportent des armes et des soldats alliés. Cependant, localement, les autorités signent des autorisations de sortie limitées dans le temps. Une partie des bâtiments est utilisée par un fourrier et de l'intendance. Le 19 avril 1944, des draps, des couvertures et un groupe électrogène sont volés. Les Allemands menacent d'exécuter 50 otages si les coupables ne sont pas dénoncés. Menace non suivie des faits - ne serait-ce pas des soldats Allemands, voire des mercenaires Ukrainiens ou des Russes blancs qui auraient encore agi pour déserter ou simplement faire du marché noir pour acheter de la nourriture. Un "revendeur français" sera arrêté sur dénonciation d'une femme quelques jours plus tard.

Après guerre, les ateliers de sardine sont définitivement fermés.

L'usine rouge est démolie et remplacée par un immeuble moderne (1992), seule la maison du gérant est encore bien en place et semble témoigner de la grande agitation du quartier du Styvel.

Pointe de Pen-Hir

Corps de garde du Gouin

Arche de Camaret

Chanoine Bossennec

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Fresque murale Sevellec Henriot

Grue à mâter d'armement

Phare du Toulinguet

Port de plaisance

Brise-lames du port Vauban

Quai Gustave Toudouze

Quai Kléber

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quai Téphany

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Tour Vauban

Villas maisons hôtels

Chez Mémé Germaine

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Fontaines



A la une :

Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Déploiement de la fibre optique en presqu'île de Crozon.
L'Otiorhynque : le malheur du jardinier.
La reine Margherita à Morgat, celle qui porte le nom de la fameuse pizza !
Les femmes et enfants réfugiés Républicains Espagnols à la caserne Sourdis. Une histoire d'humanité.
La fin des chasseurs de mines type tripartite CMT.
La difficile entente entre une antenne relais et son environnement.
Navire transporteur de structures offshores SEAJACKS SCYLLA.
L'essai du sous-marin Nautilus de Robert Fulton.
Des volets rouges, un tournage de film sur la montagne de Camaret...
Station radio allemande à Tal ar Groas Kervenguy.
Du temps où le Menez Gorre était un mont haut.
Station d'écoute aérienne de Messibioc en Lanvéoc.
Le temps est passé et pourtant, mourir en vacances. Fait divers tragique.
L'algue Laminaire transporteuse de galets.
Mourir de la guerre, après guerre : Gaston Beven Pilote Aviateur
Les ragondins sont-ils de Gauche.
Une ferme solaire en presqu'île de Crozon.
Rue : Georges Ancey, toute une époque révolue.
Comment se forme une flaque (dépression) d'eau de mer sur la plage ?
Brise-lames utilité et fonctionnement.
Resencement : ça baisse !!!
Une baisse de la population à cause du sable marin.
Comment meurent les oiseaux ?
Panneaux et affichages variés des polluants pour défendre l'environnement.
Le vol d'une légende : une Alouette dans le ciel de la presqu'île de Crozon.
Marcel Clédic, le dernier résistant Finistérien ayant participé à la libération de la presqu'île de Crozon s'est éteint.
L'almanach : le big data d'antan.
Jim E Sévellec peintre céramiste.
Evolution de l'urbanisme en Crozon : de la conserverie Péron à l'habitat social.
Les légions étrangères allemandes en Crozon
La tempête Bella provoque une tempête d'écume de mer.
Monique Keraudren & Gérard Aymonin botanistes.
La batterie de DCA française de Kerguiridic.
Planches de bois découvrantes à la plage de l'Aber Est.
Pen ar Vir en Lanvéoc une position de d'écoute et de projecteur de la DCA française avant 1940.
Référendum d'initiative partagée court-circuité !
Le manoir disparu de Keroumen.
Batterie antiaérienne de Trébéron Cr354.
Différence entre éboulement et écroulement.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
E-book - livre numérique gratuit.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020