L'usine rouge

La maison du gérant de l'usine rouge.

Un vague souvenir d'une toiture rouge au pays des ardoises.

L'acte notarié du 5 mars 1880, rédigé à Brest, constate la création de la Société anonyme Brestoise de produits alimentaires destinée à fabriquer des conserves alimentaires et pratiquer le commerce de poissons frais. Dans les faits il s'agit d'une friterie comme on nommait alors les conserveries de sardine. Le capital de 200 000frs est partagé en 200 actions dont le gérant Eugène Fouché Royer est détenteur de 83 d'entre-elles et le reste est partagé de manière disparate entre les 6 autres actionnaires. La société achète une maison qui jouxte le terrain à bâtir de 2900 m². Le gérant y réside et bénéficie de la gratuité du chauffage. L'usine est construite en 1881 avec son toit de tuiles mécaniques rouges, une nouveauté qui offre l'occasion aux Camarétois de nommer l'entreprise qui emploie le plus grand nombre d'ouvriers, l'usine rouge. La conserverie fonctionne à plein régime grâce à une astuce. Eugène Fouché Royer a fait construire une estacade (un ponton fixe en bois de 60 mètres de long) devant l'usine permettant aux pêcheurs de livrer leurs sardines dans un moindre effort quel que soit le niveau de la marée. Un petit plus apprécié.

Juste avant la crise sardinière, en 1900, l'effectif de l'usine se monte à 110 personnes : 3 mineurs de 13 à 16 ans, 28 mineures de 13 à 18 ans, 65 femmes et 14 hommes essentiellement des soudeurs de boîtes de sardines pour 211 000 boîtes de sardines à l'année. En 1912, les employés ne sont plus que 60 pour 200 000 boîtes de sardines fabriquées.

Dissolution de la société le 21 mars 1931 après plusieurs bilans annuels négatifs dûs à la concurrence et à la démocratisation du produit qui se vend toujours moins cher. Les actifs sont vendus aux plus offrants. Les lots se partagent entre Mr et Mme Ollivier-Albert et Rosalie Le Fur ainsi que Messieurs Alexandre et Félix Morvan qui ont des activités de construction de marine. L'usine n'est pas complètement démantelée et poursuit une faible activité jusqu'en 1940. L'usine fut la plus grande productrice locale mais loin d'être la plus rentable comme put l'être l'usine Béziers.

L'armée d'occupation allemande prend possession des locaux et fait fonctionner de manière aléatoire la sardinerie quand le manque de nourriture se fait sentir. La pêche est officiellement interdite pour ne pas que les pêcheurs transportent des armes et des soldats alliés. Cependant, localement, les autorités signent des autorisations de sortie limitées dans le temps. Une partie des bâtiments est utilisée par un fourrier et de l'intendance. Le 19 avril 1944, des draps, des couvertures et un groupe électrogène sont volés. Les Allemands menacent d'exécuter 50 otages si les coupables ne sont pas dénoncés. Menace non suivie des faits - ne serait-ce pas des soldats Allemands, voire des mercenaires Ukrainiens ou des Russes blancs qui auraient encore agi pour déserter ou simplement faire du marché noir pour acheter de la nourriture. Un "revendeur français" sera arrêté sur dénonciation d'une femme quelques jours plus tard.

Après guerre, les ateliers de sardine sont définitivement fermés.

L'usine rouge est démolie et remplacée par un immeuble moderne, seule la maison du gérant est encore bien en place et semble témoigner de la grande agitation du quartier du Styvel.

Corps de garde du Gouin

Arche de Camaret

Chanoine Bossennec

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Fresque murale Sevellec Henriot

Grue à mâter d'armement

Phare du Toulinguet

Port de plaisance

Quai Gustave Toudouze

Quai Kléber

Quai Téphany

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Tour Vauban

Villas maisons hôtels

Chez Mémé Germaine

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Fontaines



A la une :

Un Pluvier doré juvénile en visite à la Palue.
11 novembre à Landévennec.
Ancienne batterie côtière de l'île de l'Aber.
Défense allemande de Telgruc-sur-Mer.
Des mouillages à cause d'Amélie !
Enfouissement des lignes électriques à cause des tempêtes.
Le débit de boissons du Fret.
Les indemnisations pour l'Erika un mauvais souvenir à Crozon.
La mairie de Roscanvel, l'ancienne école des filles.
Le temps des locations au Fret pour les pêcheurs de coquilles.
La tour pas si Intrépide que cela.
Yves Lagatu mitrailleur des F.A.F.L.
L'espar, le piquet balise dans la mer.
Le temps des grésillons...
Villas et maisons du Fret.
La Duchesse de Bretagne transite par le port du Fret avant de devenir reine.
Histoire de la liaison maritime Le Fret - Brest.
Batterie anti-aérienne de la presqu'île avant 1939.
L'historique des sémaphores du Cap de la Chèvre.
La flotte Tardieu offre son pin de l'Orégon à Rostellec.
La Pyrite, l'or des fous.
Pelouse aerohaline ou prairie du littoral.
L'histoire du boulet en presqu'île de Crozon.
Herbiers de zostères - prairie sous-marine.
L'érosion de la côte argileuse.
La crevette bouquet français.
Une nouvelle baleine morte au Kerloc'h.
Le sémaphore du Toulinguet c'est fini !
L'histoire du presbytère de Roscanvel.
Le street-art in Crozon !
La confiserie Landié sur les quais de Morgat, une institution.
Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel.
De la meurtrière au créneau de tir.
Quelle est l'origine du toponyme Rocher Lieval de Roscanvel ?
Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure.
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019