L'usine rouge

La maison du gérant de l'usine rouge.

Un vague souvenir d'une toiture rouge au pays des ardoises.

L'acte notarié du 5 mars 1880, rédigé à Brest, constate la création de la Société anonyme Brestoise de produits alimentaires destinée à fabriquer des conserves alimentaires et pratiquer le commerce de poissons frais. Dans les faits il s'agit d'une friterie comme on nommait alors les conserveries de sardine. Le capital de 200 000frs est partagé en 200 actions dont le gérant Eugène Fouché Royer est détenteur de 83 d'entre-elles et le reste est partagé de manière disparate entre les 6 autres actionnaires. La société achète une maison qui jouxte le terrain à bâtir de 2900 m². Le gérant y réside et bénéficie de la gratuité du chauffage. L'usine est construite en 1881 avec son toit de tuiles mécaniques rouges, une nouveauté qui offre l'occasion aux Camarétois de nommer l'entreprise qui emploie le plus grand nombre d'ouvriers, l'usine rouge. La conserverie fonctionne à plein régime grâce à une astuce. Eugène Fouché Royer a fait construire une estacade (un ponton fixe en bois de 60 mètres de long) devant l'usine permettant aux pêcheurs de livrer leurs sardines dans un moindre effort quel que soit le niveau de la marée. Un petit plus apprécié.

Juste avant la crise sardinière, en 1900, l'effectif de l'usine se monte à 110 personnes : 3 mineurs de 13 à 16 ans, 28 mineures de 13 à 18 ans, 65 femmes et 14 hommes essentiellement des soudeurs de boîtes de sardines pour 211 000 boîtes de sardines à l'année. En 1912, les employés ne sont plus que 60 pour 200 000 boîtes de sardines fabriquées.

Dissolution de la société le 21 mars 1931 après plusieurs bilans annuels négatifs dûs à la concurrence et à la démocratisation du produit qui se vend toujours moins cher. Les actifs sont vendus aux plus offrants. Les lots se partagent entre Mr et Mme Ollivier-Albert et Rosalie Le Fur ainsi que Messieurs Alexandre et Félix Morvan qui ont des activités de construction de marine. L'usine n'est pas complètement démantelée et poursuit une faible activité jusqu'en 1940. L'usine fut la plus grande productrice locale mais loin d'être la plus rentable comme put l'être l'usine Béziers.

L'armée d'occupation allemande prend possession des locaux et fait fonctionner de manière aléatoire la sardinerie quand le manque de nourriture se fait sentir. La pêche est officiellement interdite pour ne pas que les pêcheurs transportent des armes et des soldats alliés. Cependant, localement, les autorités signent des autorisations de sortie limitées dans le temps. Une partie des bâtiments est utilisée par un fourrier et de l'intendance. Le 19 avril 1944, des draps, des couvertures et un groupe électrogène sont volés. Les Allemands menacent d'exécuter 50 otages si les coupables ne sont pas dénoncés. Menace non suivie des faits - ne serait-ce pas des soldats Allemands, voire des mercenaires Ukrainiens ou des Russes blancs qui auraient encore agi pour déserter ou simplement faire du marché noir pour acheter de la nourriture. Un "revendeur français" sera arrêté sur dénonciation d'une femme quelques jours plus tard.

Après guerre, les ateliers de sardine sont définitivement fermés.

L'usine rouge est démolie et remplacée par un immeuble moderne, seule la maison du gérant est encore bien en place et semble témoigner de la grande agitation du quartier du Styvel.

Pointe de Pen-Hir

Corps de garde du Gouin

Arche de Camaret

Chanoine Bossennec

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Fresque murale Sevellec Henriot

Grue à mâter d'armement

Phare du Toulinguet

Port de plaisance

Quai Gustave Toudouze

Quai Kléber

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quai Téphany

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Tour Vauban

Villas maisons hôtels

Chez Mémé Germaine

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Fontaines



A la une :

Captage de naissains sauvages d'huîtres.
Le four à pain traditionnel breton.
Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
La cale brisée de Morgat.
La petite histoire du Ménez Luz.
La conserverie "La Telgrucienne".
Batterie du Menez Caon.
Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
La Pertuisane sur le Song Day.
Les ancres chassent.
L'étang de Prat ar Pont de Camaret.
Inscriptions latines sur la tombe du recteur.
Les obstacles en bois - hemmbalken et pieux.
Plaque émaillée de la licence IV.
La mode défensive : le mur avec des tessons de bouteille.
La dune blanche, grise, noire...
La fin de la flûte Rhône.
L'escadrille E6 de Lanvéoc Poulmic d'hydravions Latécoère 521 522 523
Les Vorpostenboote et la Vedette fluviale - Flugbebriebsboot - souvenirs de guerre.
Les épaves proche des côtes de la presqu'île de Crozon.
Une vedette des douanes devenue bateau de sauvetage.
Un Kriegsfischkutter à Camaret.
Le Cap de la Chèvre.
La Pointe de Pen-Hir en photos.
La batterie de la pointe de Pen-Hir.
L'érosion sableuse.
La borne des 1000 km du Gr34 à Pen-Hir.
Les ardoises gravées... Sculptures littéraires !
Le phénomène d'accrétion.
La pierre du mariage.
L'histoire des calibres des canons présents en presqu'île de Crozon.
Les microplastiques par millions sur nos plages.
Les fortifications de la Pointe des Espagnols.
Des croisements sous surveillance allemande.
Le cinéma le Rex de l'organisation Todt.
Le canon de 100mm TR en batterie de côte.
Le canon de récup de 75mm Mle 1908 à Fort Robert.
Le canon de 65mm TR 1888-91 au ravin du Stiff.
Souvenir des gués.
L'histoire des repères de nivellement général.
Marie-Jo Guével maître-verrier.
Gérard Guéguéniat artiste peintre sculpteur...
Le bunker 636a pas si fréquent que cela...
Préparation de l'arrivée du canon de 32cm Mle 1870-84 à la Pointe des Espagnols.
Le bunker 668 version simplifiée présent en 3 exemplaires en Roscanvel.
L'effet du climat sur le sol.
L'abri wellblech Vf1b - tôle métro
Le bunker - tobrouk Vf25 est en presqu'île de Crozon !
Le souvenir du château-fort de Castel bihan Poulmic.
La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la fille.
Motte de Rozan - motte castrale féodale.
Un Pluvier doré juvénile en visite à la Palue.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020