La Salle de Venise – Musée du patrimoine Maritime à Camaret

La Salle de Venise quai Kléber.

Les ouvertures cintrées ne sont pas d'origine et marquent le changement d'activité de la bâtisse qui fut dans un premier temps une halle aux poissons avant d'être transformée en salle de bal.

Le quartier des usines.

L'immeuble neuf en arrière plan aurait remplacé la salle de bal. Des témoignages racontent que les mariages s'y fêtaient avec 70 à 100 personnes pour se restaurer et danser, il fallait de la place. L'ancien bâti en premier plan serait le débit de boissons de la Salle de Venise dont l'un des propriétaires fut Madame Emilie Kermel vers la période de la seconde guerre mondiale.

La Salle de Venise est une ancienne salle des fêtes de Camaret-sur-Mer qui permettait de se retrouver pour les bals, les mariages et toute autre occasion de liesse pour les Camarétois qui avaient besoin de joie et d'oubli parfois...

Les drames de la mer se répétaient, des marins mouraient en mer, un père, un frère, quelquefois les deux. Il fallait vivre avec et sans argent trop souvent. Cette salle de Venise fut construite à la place d'un bâtiment des conserveries Roulland selon certaines sources. D'autres sources parlent d'un réaménagement d'un bâti existant. La construction avait été élevée sur une parcelle de l'étang asséché de Prat-ar-Pont (5 hectares). Les matériaux de comblement provenaient du déroctage du port. Une échancrure naturelle dont le premier passage aménagé fut une digue de fortune maintes fois surélevée et élargie au fur et à mesure de l'augmentation de la circulation causée par la hausse des capacités de pêche du port.

Le passage devient une route en 1868 mais le parfait raccordement avec le quai Gustave Toudouze ne se fit qu'en 1943.

En remontant le temps encore, la jonction entre la mer et l'étang était aménagée par un moulin à marée. Des textes évoquent aussi un moulin à vent en complément.

Désormais, la Salle de Venise est, depuis 1995, un musée du patrimoine maritime afin que le matériel de pêche d'antan et les connaissances de la construction navale ne s'évaporent pas.

La salle de l'Océan près de l'étang de Prat ar Koum, était l'autre possibilité de passer des heures folles. Ni l'étang, ni la salle n'existent encore, tout se situait au niveau de la rue du Loc'h. La salle de L'Océan ( propriétaires Louis et Marie-Joséphine Bergot) avait remplacé les usines Saupiquet.

Manoir de Saint Pol Roux

Abri du marin

Auberge de jeunesse

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Grand hôtel des pois

Grand Magasin

Hôtel de France veuve le Goff

Hôtel de la Marine veuve Dorso

Hôtel Moderne

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Réparation mécanique

Salle de Venise

Station service Purfina

Villa André Antoine

Villa atelier Marcel Sauvaige

Villa Dirag ar Mor Gustave Toudouze

Villas maisons hôtels

Moulin à vent

Pont du Kerloc'h

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines



A la une :

Pour ou contre les poubelles de plage.
Armoiries des communes de la presqu'île de Crozon.
Une ancienne faneuse.
Le Gendarme est l'ami du jardinier.
La Ligie océanique le Cloporte des mers.
Du livre terrier au cadastre napoléonien.
Un petit papillon : la Brocatelle d'or.
ANNONCE GRATUITE : Recherche pièce détachée hache-lande - broyeuse d'ajonc.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Un vélo Jacques Anquetil qui raconte sa marque et ses soirées poker.
Une grande vedette à Camaret-sur-Mer Gabrielle Colonna-Romano.
Les yeux du plasticien Pierre Chanteau.
Initiation artistique de Jean Moulin à Camaret-sur-Mer.
Kabelbrunnen - puits à câbles téléphoniques de la guerre 39-45.
Radars allemands, détecteurs acoustiques - Funkmeßgerät, Ringtrichter-Richtungshörer.
Des mines allemandes dans les champs.
Papillon pourpre : Pyrale pourprée - Pyrausta purpuralis
Les plantes du littotal du haut de plage.
Des plastiques du passé bien présents dans la nature.
Des grains sous les fougères : les sores.
Baies sauvages comestibles ou toxiques...
Escargot Zebrina debrita - Bulime zébré - il aime le soleil !
Les pucerons verts une affaire de génération.
Captage de naissains sauvages d'huîtres.
Le four à pain traditionnel breton.
Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
La cale brisée de Morgat.
La petite histoire du Ménez Luz.
La conserverie "La Telgrucienne".
Batterie du Menez Caon.
Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020