La Salle de Venise – Musée du patrimoine Maritime à Camaret

La Salle de Venise quai Kléber.

Les ouvertures cintrées ne sont pas d'origine et marquent le changement d'activité de la bâtisse qui fut dans un premier temps une halle aux poissons avant d'être transformée en salle de bal.

Le quartier des usines.

L'immeuble neuf en arrière plan aurait remplacé la salle de bal. Des témoignages racontent que les mariages s'y fêtaient avec 70 à 100 personnes pour se restaurer et danser, il fallait de la place. L'ancien bâti en premier plan serait le débit de boissons de la Salle de Venise dont l'un des propriétaires fut Madame Emilie Kermel vers la période de la seconde guerre mondiale.

La Salle de Venise est une ancienne salle des fêtes de Camaret-sur-Mer qui permettait de se retrouver pour les bals, les mariages et toute autre occasion de liesse pour les Camarétois qui avaient besoin de joie et d'oubli parfois...

Les drames de la mer se répétaient, des marins mouraient en mer, un père, un frère, quelquefois les deux. Il fallait vivre avec et sans argent trop souvent. Cette salle de Venise fut construite à la place d'un bâtiment des conserveries Roulland selon certaines sources. D'autres sources parlent d'un réaménagement d'un bâti existant. La construction avait été élevée sur une parcelle de l'étang asséché de Prat-ar-Pont (5 hectares). Les matériaux de comblement provenaient du déroctage du port. Une échancrure naturelle dont le premier passage aménagé fut une digue de fortune maintes fois surélevée et élargie au fur et à mesure de l'augmentation de la circulation causée par la hausse des capacités de pêche du port.

Le passage devient une route en 1868 mais le parfait raccordement avec le quai Gustave Toudouze ne se fit qu'en 1943.

En remontant le temps encore, la jonction entre la mer et l'étang était aménagée par un moulin à marée. Des textes évoquent aussi un moulin à vent en complément.

Désormais, la Salle de Venise est, depuis 1995, un musée du patrimoine maritime afin que le matériel de pêche d'antan et les connaissances de la construction navale ne s'évaporent pas.

La salle de l'Océan près de l'étang de Prat ar Koum, était l'autre possibilité de passer des heures folles. Ni l'étang, ni la salle n'existent encore, tout se situait au niveau de la rue du Loc'h. La salle de L'Océan ( propriétaires Louis et Marie-Joséphine Bergot) avait remplacé les usines Saupiquet.

Manoir de Saint Pol Roux

Abri du marin

Auberge de jeunesse

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Grand hôtel des pois

Grand Magasin

Hôtel de France veuve le Goff

Hôtel de la Marine veuve Dorso

Hôtel Moderne

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Réparation mécanique

Salle de Venise

Station service Purfina

Rue Georges Ancey

Villa André Antoine

Villa atelier Marcel Sauvaige

Villa Dirag ar Mor Gustave Toudouze

Villas maisons hôtels

Moulin à vent

Pont du Kerloc'h

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021