L'histoire du Grand Magasin

L'escalier sorti de la mer, le passage obligé des pêcheurs pour venir vendre les sardines en paniers ou en cagettes aux friteries (conserveries) du quai après une journée de 10 à 12 heures de travail. Les épouses sont sans doute dans les atteliers de transformation pour un travail jusqu'à minuit.

Da gauche à droite. La cabane noire des mareyeurs, le pignon du Grand Magasin, la grue à mâter américaine sur le quai Gustave Toudouze.

De gauche à droite, le Grand Magasin, la maison rose du gardien de la conserverie, la Salle de Venise en rouge.





Joseph Torrec de Bassemaison (1694-1775), négociant de son état, se fait construire en 1743, sur le bord de l'étang de Pen ar Pont – aujourd'hui asséché – un imposant bâtiment nommé le «Grand Magasin». Les lieux sont utilisés parfois par l'armée pour loger la troupe côtière en état d'alerte, cela reste anecdotique. Les activités commerciales de l'homme d'affaires se répartissent sur le pressage et le salage des sardines. Cependant cette branche serait moins lucrative si ce négociant n'avait pas le quasi monopole de la rogue de Norvège (appât importé en barrique) qu'il vend trop cher aux pêcheurs de sardines contraints de lui vendre leurs pêches pour s'en sortir. En 1769, il démarche auprès de son frère, conseiller du roi et grand fermier en Camaret, pour avoir l'exclusivité de ce commerce mais ne parvient pas à ses fins.

Autre activité lucrative bien qu'aléatoire : le stockage des cargaisons des navires marchands ayant fait naufrage sur la presqu'île. Les habitants récupèrent denrées et matériels maritimes sur les plages des sinistres et vendent la récupération au Sieur De Bassemaison qui revend celle-ci soit aux armateurs, soit à son gré. L'exemple que l'histoire retient est le naufrage du « Père Eternel » en 1750 au Kerloc'h qui y perdit 400 tonneaux de sucre et de café provenant de Saint Domingue, une fortune...

Les propriétaires de succèdent ensuite et le bâtiment initial est complètement recomposé voire reconstruit. Le maire de Camaret-sur-Mer (1840-1848) Stanislas Billoquet fut l'un de ces propriétaires.

Louis-Pierre Roulland, négociant à Concarneau, fait une demande administrative qui lui sera accordée pour transformer le « Grand Magasin » en conserverie de sardines en 1874. Plusieurs friteries importantes ouvrent à la même période, les investisseurs saturent le marché de la conserve à une époque ou la sardine pullule dans l'océan durant quelques décennies avant la raréfaction.

Cette entreprise qui a dû connaître les grèves des pêcheurs (baisse des prix des sardines vendues au mille 2 fr au lieu de 5) et la crise sardinière (absence de sardines en mer) est revendue en 1909 au constructeur de bateaux Bernard Hugot. Dès lors, il n'est plus question de sardines mais de réparations navales par différents entrepreneurs.

Lors de la seconde guerre mondiale, le propriétaire est Monsieur Urbain Jean-Jean. Dans les années 1960, l'entreprise de marine Le Roy y prospère jusqu'en 2006.

Au fil du temps se sont ajoutés la maison du gardien de la conserverie qui fut un temps l'office de tourisme de Camaret-sur-Mer, l'agrandissement tardif de l'atelier de réparations derrière la Salle de Venise. L'attribution de cette dernière extension varie selon les sources. Le bâti aurait été la salle de bal de la Salle de Venise revendue au chantier naval avant d'être surélevé. Le bâtiment est désormais un immeuble moderne.

Le sieur Bassemaison fut l'un des généreux donateurs de l'église Saint Rémi en Camaret.

Les photos de Camaret-sur-Mer

Quai Gustave Toudouze

Carrefour des 4 vents

Hôtel Moderne

André Antoine Théâtre et Cinéma

Villas d'artistes sur la Montagne

Villa Dirag ar Mor de Gustave Toudouze

Villa atelier Marcel Sauvaige

L'étonnante Mme Rosalie Dorso

Hôtel de France veuve le Goff

Le sous-marin Nautilus de Fulton

Sous-marins Pluviôse et Emeraude dans l'anse

Les filles de Camaret

Notre Dame de Rocamadour

Eglise de Saint Rémi (ancienne)

Eglise de Saint Rémy (nouvelle)

Paysage alentours

Tour Vauban

Cimetière de bateaux

Grand Hôtel des Pois

Photos anciennes de Camaret

Secours en mer d'un hydravion

Naufrage du Saint Valentin

Viviers flottants

Cabanes noires de coaltar

Maison des mareyeurs du peintre Scoriel

Vente langouste homard breton

La pêche au thon miraculeuse

Abri du marin

Les chantiers navals de Camaret

Réparation mécanique des bateaux

La Salle de Venise - Musée du patrimoine maritime

L'usine Béziers friterie de sardines à l'huile

Le Grand Magasin des Bassemaison

Slipway

Port de plaisance

Quai Téphany

Station essence Purfina - Office de Tourisme

Le quartier du Styvel - Stivel

Le quartier du Notic

La place St Thomas

Sauvetage en mer

Baptême du canot de sauvetage Taï I

Phare du Toulinguet

Club Léo Lagrange

Almanach des postes et des télégraphes

Grue d'armement

Lavoir

Les feux du port

L'hôtel Trez Rouz

Camping le Grand Large

Le bistrot d'Albert Le Fur

Tyan Avel Ar Mor

Aux campeurs de l'Iroise

Ecole du Lannic

Cinéma Arc-en-Ciel

Chanoine Joseph Bossennec

Maison d'un armateur

Fresque murale de Jim E Sévellec

L'arche de Camaret




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.
Eugène Villon aquarelliste
Une graine de poilu de Camaret.
Le pont Saint Drigent
Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen.
La cotriade de survie pour les sardiniers.
Une batterie lourde devenue légère, la batterie du Stiff.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite