Abri du marin de Camaret-sur-Mer

L'architecte René Darde du Var établit un plan plusieurs fois mise en œuvre sur les 15 abris construits dont l'une des caractéristiques communes est d'être en crépis extérieur rose. Bien que légèrement modifié l'abri du marin de Camaret est encore sous son allure d'origine avec sa pointe centrale en façade !

A la mémoire des marins péris en mer.

Jacques de Thézac, régatier et rentier, assiste lors de ses séjours en Bretagne à la vie de misère des pêcheurs dont la principale occupation à terre est de passer d'un débit de boissons à l'autre jusqu'à l'ivresse, les bagarres et la détresse morale. Dans un premier temps, cet homme décide de créer une revue professionnelle destinée aux marins afin de diffuser des informations, diffuser une culture marine à la population maritime de Bretagne, essentiellement de Cornouaille.

L'almanach du marin Breton publié à partir de 1898 est apprécié mais ne remplit pas le rôle de soutien moral que souhaite son éditeur. Jacques de Thézac imagine alors un lieu de convivialité, d'instruction et de repos pour les marins qui le souhaitent. Le concept est mise en place par la construction d'une maison type dont le premier exemplaire est élevé sur l'île de Sein en 1899.

Obtenir la concession du terrain, trouver des subventions est difficile d'autant que les débits de boissons sont forts nombreux dans chaque port et voient d'un mauvais œil la culture de la mesure dans la consommation. Jacques de Thézac s'arrange pour adosser chaque projet à une aide de la bourgeoisie locale souvent très religieuse et une association sociale qui ne l'est pas moins pour financer chaque abri du marin.

Celui de Camaret-sur-Mer est construit en 1903 grâce à des dons dont celui de Madame Le Monnier veuve d'un armateur et des prêts sans intérêt sur l'intervention d'André Potigny de l'inscription maritime locale. L'abri est géré par un gardien nommé Alfred Lautrou qui réside sur place sur une partie du rez-de-chaussée à côté de la salle principale. A l'étage des chambres et une bibliothèque. On y dispense un enseignement de secourisme, de navigation et des bases culturelles ainsi que d'hygiène et de prévention de la tuberculose. L'aide sociale y est présente. Les lieux sont gérés par un comité de marins élus ce qui a le don d'irriter les politiciens régionaux républicains.

Le chauffage est permanent, l'eau propre est en réserve. On y chante, on échange, on boit des tisanes d'eucalyptus et l'on reçoit des chaussettes bien chaudes.

Entre 1914-1918, l'abri est réquisitionné par l'armée pour loger des soldats du 118ème régiment d'infanterie de Quimper.

Sur l'année 1919, l'abri du marin de Camaret-sur-Mer a accueilli 12872 marins soit 35 marins par jour. L'abri était complet tout au long de l'année.

1924 : création d'une école de navigation.

Durant la seconde guerre mondiale, l'abri est tour à tour un centre d'aide familiale, une école. Après guerre des réfugiés Brestois sont hébergés en attendant la reconstruction de Brest.

De 1960 à 1973, le bâtiment est un centre d'accueil de l'enfance.

De 1973 à 1985, sous l'égide de Monsieur Morvan, ingénieur mécanicien, l'abri de marin revit.

De 1985 à 2005, ouverture d'un restaurant.

Ensuite l'abri devient une demeure privée.

Bien que l'aide apportée aux marins, enfin considérés, écoutés et secourus fut en soi un progrès social novateur de grande importance. La teinte religieuse, souvent sous-jacente, avait le don d’irriter la plupart des marins qui étaient majoritairement socialistes. Etre socialiste à l'époque passait d'abord par la mise à l'écart du fait religieux.

Manoir de Saint Pol Roux

Abri du marin

Auberge de jeunesse

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Grand hôtel des pois

Grand Magasin

Hôtel de France veuve le Goff

Hôtel de la Marine veuve Dorso

Hôtel Moderne

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Réparation mécanique

Salle de Venise

Station service Purfina

Villa André Antoine

Villa atelier Marcel Sauvaige

Villa Dirag ar Mor Gustave Toudouze

Villas maisons hôtels

Moulin à vent

Pont du Kerloc'h

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines



A la une :

Les plantes du littotal du haut de plage.
Des plastiques du passé bien présents dans la nature.
Des grains sous les fougères : les sores.
Baies sauvages comestibles ou toxiques...
Escargot Zebrina debrita - Bulime zébré - il aime le soleil !
Les pucerons verts une affaire de génération.
Captage de naissains sauvages d'huîtres.
Le four à pain traditionnel breton.
Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
La cale brisée de Morgat.
La petite histoire du Ménez Luz.
La conserverie "La Telgrucienne".
Batterie du Menez Caon.
Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
La Pertuisane sur le Song Day.
Les ancres chassent.
L'étang de Prat ar Pont de Camaret.
Inscriptions latines sur la tombe du recteur.
Les obstacles en bois - hemmbalken et pieux.
Plaque émaillée de la licence IV.
La mode défensive : le mur avec des tessons de bouteille.
La dune blanche, grise, noire...
La fin de la flûte Rhône.
L'escadrille E6 de Lanvéoc Poulmic d'hydravions Latécoère 521 522 523
Les Vorpostenboote et la Vedette fluviale - Flugbebriebsboot - souvenirs de guerre.
Les épaves proche des côtes de la presqu'île de Crozon.
Une vedette des douanes devenue bateau de sauvetage.
Un Kriegsfischkutter à Camaret.
Le Cap de la Chèvre.
La Pointe de Pen-Hir en photos.
La batterie de la pointe de Pen-Hir.
L'érosion sableuse.
La borne des 1000 km du Gr34 à Pen-Hir.
Les ardoises gravées... Sculptures littéraires !
Le phénomène d'accrétion.
La pierre du mariage.
L'histoire des calibres des canons présents en presqu'île de Crozon.
Les microplastiques par millions sur nos plages.
Les fortifications de la Pointe des Espagnols.
Des croisements sous surveillance allemande.
Le cinéma le Rex de l'organisation Todt.
Le canon de 100mm TR en batterie de côte.
Le canon de récup de 75mm Mle 1908 à Fort Robert.
Le canon de 65mm TR 1888-91 au ravin du Stiff.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020