Curé et chanoine Joseph Bossennec

Le Chanoine Joseph Bossennec porte la maquette de l'église Saint Rémi(Rémy).

Le sculpteur Eugène Quintric réalise en 1939 un statuaire mortuaire à l'effigie du Chanoine Joseph Bossennec. Les Camarétois souhaitent remercier l'instigateur de la nouvelle église Saint Rémy qui s'est tant démener pour trouver les financements.

Le chanoine honoraire (titre honorifique 1931) Bossennec (1866-1938) porte une chape liturgique agrafée par-devant utilisée lors des bénédictions solennelles.

Cet homme né à Ploaré (commune de Douarnenez) hésite entre le métier de pêcheur ou vivre une vie d'ecclésiastique. Joseph Bossennec choisit d'être un homme d'église sous le ravissement de sa mère qui l'y encourage. Durant ses études, il sauve de la noyade un enfant en bord de mer et reçoit à ce titre la médaille du sauvetage.

Prêtre en 1880, il veille aux problèmes de la pauvreté dans son quartier d'origine et plus tard, il aplanit les tensions entre laïques et pratiquants. Le curé est animateur de la Congrégation des Enfants de Marie à Lambézellec. Il se propose d'être secrétaire de mairie durant la première guerre mondiale à Langolen et enfin rejoint Camaret en 1917 pour devenir le "prêtre des marins" en tant que recteur dès le 01 janvier 1918. Il passe tant de temps sur les quais auprès des marins que son surnom vient tout naturellement "Tonton Jos". Il parle le langage des pêcheurs, la cigarette au coin des lèvres, souvent éteinte. Lors de ses prêches, il n'hésite pas à utiliser le vocabulaire maritime.

Cet homme d'église laisse derrière lui un bon souvenir, une rue à son nom devant le cimetière de Camaret-sur-Mer dans lequel il est inhumé en bonne place.

Joseph Bossennec :
1890 - prêtre et vicaire à Guengat
1894 - vicaire à Lambézellec
1911 - recteur de Langolen
1918 - recteur de Camaret
1931 - chanoine honoraire

Corps de garde du Gouin

Arche de Camaret

Chanoine Bossennec

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Fresque murale Sevellec Henriot

Grue à mâter d'armement

Phare du Toulinguet

Port de plaisance

Quai Gustave Toudouze

Quai Kléber

Quai Téphany

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Tour Vauban

Villas maisons hôtels

Chez Mémé Germaine

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Fontaines



A la une :

Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Péri ou disparu en mer...
L'ostréiculture : élevage des huîtres sur tréteaux en mer.
Cuirassé Bretagne entre honte et nécessité.
Batteries hautes des Capucins.
Drame à l'île Vierge, pointe de St Hernot...
Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
L'histoire des écoles d'Argol.
La balise de Basse Vieille dans l'herbe.
La maison traditionnelle : le penty.
Les architectes qui ont compté.
La visite de Rommel.
L'ancienne poste de Morgat.
Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance
L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019