Batterie de Rouvalour

Un état des lieux des défenses côtières de la presqu'île de Crozon de 1757 précise l'existence d'une batterie de deux canons de 22 cm (calibre de marine) nommée sous différentes appellations telles que Batterie de Roc'hmallou - Roc'hmadou - Rocamadour - Rouvalour... selon les rapports militaires qui n'étaient pas très à cheval sur les retranscriptions phonétiques des lieux-dits. Une batterie des plus banales avec un muret grossier devant les canons orientés au Sud-Ouest pour contrecarrer l'intrusion d'une flotte anglaise qui aurait pu rester au mouillage dans la Baie de Douarnenez, en été seulement. Les mouillages hivernaux, au vu de l'agitation de la mer dans la baie, sont impensables à l'époque des vaisseaux de guerre en bois dont les ancres chassent dès le moindre vent ou la moindre houle. Les navires eurent été renvoyés à la côte vers l'île de l'Aber au risque de s'y briser. Par contre, il n'était pas inutile de s'inquiéter de la période estivale durant laquelle la Baie de Douarnenez est un « lac tranquille ».

Les Anglais font longer les côtes par des frégates légères (vaisseaux rapides efilés) pour connaître la capacité de réplique des artilleurs français. D'autres navires plus lourds louvoient au cœur même de la baie. Les canons de 22 cm ne sont pas en mesure d'atteindre les frégates à la côte, les tirs passent au-dessus tandis que les tirs longs sont bien trop courts pour atteindre les grands vaisseaux anglais. Inversement, ni les frégates ne peuvent envisager un débarquement par une falaise et les canons embarqués de la flotte centrale ne peuvent atteindre Rouvalour.

Par esprit d'économie, cette batterie est supprimée parce que visiblement inutile et les terrains militaires sont vendus aux enchères publiques. Ces terres caillouteuses de lande vont être requises par l'armée à nouveau au cours du 19ème siècle pour cette fois employer de nouveaux moyens estimés efficaces contre les Anglais, d'une part dans la batterie de St Nicolas plus basse au niveau de la mer à L'Est et celle du Cap de la Chèvre à l'Ouest. L'ancienne batterie de Roc'hmadou ne sera jamais relevée, sa poudrière avait été démontée ainsi que la maison corps de garde (certaines sources en mettent deux) dont les pierres ont du être réemployées par les propriétaires civils.

Un corps de garde en tant de paix est occupé par un gardien civil qui est sensé donner l'alerte mais dans la plupart des cas, il n'en avait pas les moyens techniques si ce n'était que de faire un feu afin d'annoncer l'ennemi. Un jour de pluie ou par temps de brouillard, on peut imaginer la qualité de la transmission !

Cette batterie côtière fait partie de la liste des batteries peu convaincantes qui n'ont laissé aucune trace sur le terrain et qui lors de leurs constructions semblaient avoir toutes leurs utilités. Néanmoins la déception occasionnée par cette défense inopérante a concouru à la conception des différentes batteries de l'anse de Morgat et tout particulièrement celle du Kador et ses « voisines ». Les modifications de 1793 au Kador sont issues des constats effectués à Rouvalour.

48° 10' 14.163" N
4° 32' 26.987" O



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Créneau à lampe

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 95mm Lahitolle

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre



A la une :

La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Péri ou disparu en mer...
L'ostréiculture : élevage des huîtres sur tréteaux en mer.
Cuirassé Bretagne entre honte et nécessité.
Batteries hautes des Capucins.
Drame à l'île Vierge, pointe de St Hernot...
Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
L'histoire des écoles d'Argol.
La balise de Basse Vieille dans l'herbe.
La maison traditionnelle : le penty.
Les architectes qui ont compté.
La visite de Rommel.
L'ancienne poste de Morgat.
Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance
L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019