Corps de garde - Fort du Kador en Morgat

Au plafond, l'accès à la terrasse crénelée par escalier en bois qui tombait dans l'une des deux chambrées.

L'univers du fort n'est que voûtes des portes aux plafonds.

Le plan d'un corps de garde crénelé défensif modèle 1846 n°2 fut décliné en deux largeurs. La version « étroite » pour 30 hommes seulement au lieu de 40 est celle qui fut choisie pour défendre la batterie du Kador. Les pièces sinon sont distribuées à l'identique. A l'entrée, le logement du gardien en temps de paix et celui du chef de poste en temps de guerre. Les deux grandes pièces sont les chambrées. Subsiste en fond les magasins des poudres et le stock de munitions au centre. Le fort comportait une réserve à eau, une cuisine. Prix des travaux 80000frs.

Le fort du Kador en Morgat est un modèle 1846 n°2 modifié, c'est-à-dire simplifié. Depuis plusieurs siècles, il existe de l'artillerie côtière à ciel ouvert sur les lieux. Régulièrement des commissions d'armement préconisent une défense accrue au Kador. Les années passent, les réalisations sur le terrain sont confrontées aux problèmes de financement. L'ultime programme d'armement date de 1857, la construction du corps de garde crénelé date quant à elle de 1859 à 1862 pour une surface au sol réduite par rapport au plan de base (30 hommes y logent au lieu de 40 pour 6 canons au lieu de 8) mais en contrepartie un renforcement des voûtes internes est appliqué pour supporter en terrasse des canons et non plus de simples obusiers. Coût de la construction 80000frs.

Le fort fait partie du dispositif côtier pour éviter que la Marine anglaise ne débarque à Morgat pour prendre à revers Brest par les terres. 1898 - dernier projet de débarquement anglais. Ce corps de garde est adossé à la batterie basse du Kador.

Le fort ne fut jamais actif car incapable de faire face aux nouveaux obus explosifs tirés de cuirassés (navires à coque blindée). Cependant l'armée lui conserva un intérêt relatif en décidant d'arraser les créneaux en terrasse qui se voyaient de la mer par dessus l'épaulement en terre et mur de retenue afin de conserver une position militaire cachée au cas où...

L'armée déclasse le site en plusieurs étapes en vendant des terrains dès 1899. Le fort lui-même sera déclassé en 1965 et définitivement acquis par la commune de Crozon en 1968.

48° 13' 16.96" N
4° 29 42.95" O



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 95mm Lahitolle

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation



A la une :

Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019