Rue Charles Levenez - Lévenes



A gauche, un débitant de boissons avec la carotte (losange cylindrique tronqué rouge) au dessus du R marquant la vente de tabac. Sur l'enseigne, à l'opposé de Tabac est marqué "On sert à manger". L'appellation restaurant n'est pas encore usitée. A droite le premier commerce est un coiffeur.

Passage à niveau derrière la voiture en fond, barre bicolore à gauche, grille coulissante à droite.

La maison Caradec, 18ème siècle, a la particulatité d'avoir des encadrements de fenêtres et de portes en pierres de calcaire bleuté issues de la presqu'île de Crozon, symbole des premières constructions en ville. Plus tard, les pierres des encadrements seront importées et seront souvent en Kersanton comme les deux pierres sombres sous le linteau de la porte d'entrée centrale. Le crépi est une intervention du 19ème siècle à une époque où les pierres apparentes étaient un signe de pauvreté et un risque d'infiltration d'eau de pluie.

La première maison à droite fut celle de la famille Levenez. La maison qui suit celle aux volets bleus appartenait au propriétaire de la parcelle "le Champ". Ce dernier décide de lotir son grand terrain pour des maisons mitoyennes et ainsi obtenir un meilleur revenu financier. Il néglige la possibilité de construction d'un garage, nous sommes en 1905, l'automobile est une utopie.

Ancien dépôt de vin du début du 20ème siècle au n°9. 70% des commerces sont des débits de boissons et ceci dans toutes les communes de la presqu'île. De plus il faut ajouter la consommation dans les foyers. Il fut un temps où l'on se faisait livrer son vin en bouteilles de verre d'un litre dans des casiers en bois. Les fameuses bouteilles étoilées consignées par exemple. Les négociants en vin étaient en concurrence hardue et disparurent à l'apparition des premières superettes dans les années 1960-1970. Des vins sans années qui étaient des mélanges de cépages bas de gamme. Le gros rouge qui tâche en particulier. Pas de bouchon en liège mais une capsule...

Exemple de casier en bois pour 10 bouteilles.

Au 17ème siècle la rue Charles Levenez n'existe pas, c'est juste un large chemin qui prend la direction de la côte Nord de la presqu'île de Crozon, soit le Fret ou Lanvéoc, un axe important. En regardant ce Nord en limite du bourg de Crozon, tout n'était que parcelles agricoles, à gauche "La Prairie" qui descendait longuement en bordure du chemin. A droite, "Le Champ", parcelle plus modeste...

L'une des toutes premières maison fut celle de l'actuel n°8 de la rue qui s'appelait alors rue Crozon parce qu'elle rejoignait l'entrée du bourg de Crozon. Cette maison à la fin du 18ème siècle est une propriété du fermier des biens des chanoines de Kersaint en Léon le sieur Caradec, qui fit construire des conserveries de sardines appelées alors friteries. La famille Caradec connut notaire, percepteur, négociants et maires de Crozon.

Plus tard, la maison servit de caserne pour les troupes en exercice. Lors des manœuvres des régiments venant de tout le Finistère, la troupe est logée partout en presqu'île et ceci jusqu'à la première guerre mondiale.

Fin 19ème, début 20 ème siècle, le développement des constructions est complet, toutes les parcelles se subdivisent et reçoivent des maisons d'habitations, des commerces et au plus bas quelques fermes. La date de construction de certaines maisons mitoyennes et jumelles construites à la chaîne datent de 1905.

Événement considérable, l'arrivée du train qui coupe la rue perpendiculairement pour mener jusqu'à la toute nouvelle gare. Le rue Crozon devient momentanément la rue de la gare. Après la seconde guerre mondiale, en hommage au jeune résistant Charles Levenez, la rue change de nom. La famille Lévenes - Levenez (version française - version bretonne) habite après le passage à niveau. La gendarmerie et ses écuries y avait trouvé place quelques temps.

Photos : Crozon hier et aujourd'hui

Maison Graveran

Manoir de la famille Landren

Le puits de Crozon

Place de l'église et du marché de Crozon

Les noces à Crozon

L'atelier de couture

Frais de notaire 2 sols en 1759

L'octroi en Crozon

Publicité peinte Dior

Publicité murale chocolat Menier

Publicité supermarché

Publicité Lincoln de la machine à laver parfaite

Publicité en carreaux de faïence

La poste de Crozon

L'Hôtel Moderne

Expulsion des Filles du Saint Esprit

L'Harmonie à l'Immaculée

La colonie Ker-Jeanne du Portzic

La gendarmerie

L'école Jean Jaurès

Club de tennis de Crozon

Rue de Reims

Rue Alsace-Lorraine

Rue Poulpatré

Rue Charles Levenez

Louis Prucser moine résistant juste...

Maison rue de la Chalotais

Crozon vues aériennes

Corbillard attelé

Casque de pompier de 1880

J-F Léostic huissier

Direction générale de l'enregistrement des domaines et du timbre

Colonie de vacance de Tal ar Groas

Tal ar Groas

Hôtel de l'Aber

Saint Fiacre

Camping Les pieds dans l'eau

Le Fret

Rostellec

Ecole Jeanne d'Arc




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.
Eugène Villon aquarelliste
Une graine de poilu de Camaret.
Le pont Saint Drigent
Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen.
La cotriade de survie pour les sardiniers.
Une batterie lourde devenue légère, la batterie du Stiff.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite