Four à pain traditionnel breton

Four à pain du village bombardé de Kerlaër. A l'origine, le four est une maison complète proche d'une ferme.

1895.

La taille de l'ouverture du four donne un aperçu du volume du pain cuît en boule. Une plaque métallique fermait le four pour éviter les perditions de chaleur.

Dos sphérique du four derrière la cheminée. Le dôme était construit sur un masque d'argile ou de sable compacté en forme de voûte. Dessus était coulé un mélange de chaux et de terre argileuse pour constituer une croûte résistante à la chaleur. Par-dessus, on construisait un demi dôme qu'il fallait absolument réussir pour éviter l'effondrement une fois que le masque d'argile ou de sable était sorti par l'ouverture du four dans la cheminée. Il était impossible d'avoir accès à l'intérieur du four après sa construction. Le savoir-faire comptait donc : le choix des pierres résistant à la chaleur - leur taille si nécessaire - l'usage des briques de tapissage fut tardif car onéreux. Le savoir s'en servir aussi. Pas question de faire un feu brutal, les premières flambées consumaient des petits fagots de préchauffage pour évaporer l'humidité des parois - deux jours avant la cuisson. Une montée en douceur de la chaleur nécessitait une présence humaine qualifiée. Une fois le feu achevé, on sortait les braises que l'on mettait de côté dans le foyer de la cheminée. On jetait une poignée d'herbe sèche sur la sole du four. En cas de prise au feu en moins de deux minutes, on considérait la chaleur du four comme trop vive. On patientait jusqu'à la baisse de température idéale puis on enfournait à la pelle les boules de pâte levée ainsi qu'un récipient plein d'eau pour un moelleux acceptable. Autant de boules que de clients-paysans. Parfois il fallait entretenir un feu dans le foyer de la cheminée pour limiter les perditions de chaleur, un feu tenu jusqu'à la cendre la plus fine pour faire la buée (lessive). Dans la journée, on venait chercher son pain chaud dont la cuisson avait duré en moyenne 1h30 à 300° pour un four de pierres - 30 à 40 minutes pour un four en briques réfractaires. Le cuiseur sortait le pain du four sur sa pelle. La cliente-paysanne, femme de pêcheur aussi bien souvent, recouvrait le pain d'une corbeille adaptée, puis retournait le pain et la corbeille avec l'aide de la pelle qu'inclinait le cuiseur. La manœuvre évitait de se brûler. Les superstitieux mettait le pain à l'endroit au plus vite - le pain à l'envers portait malheur ou générait des disputes familiales, il fallait jeter le sel par dessus l'épaule pour conjurer le mauvais œil. Ensuite on recouvrait la boule d'un torchon puis on parcourait une longue distance pour rentrer chez soi. Au soir, on avait le plaisir d'un relatif croustillant que l'on appréciait par dessus tout; dès demain, le pain serait plâtreux. La semaine prochaine, on ferait de même.
Dans les régions de France, les fours à pain se ressemblent. La sole est à une hauteur suffisante pour que durant l'enfournement, le cuiseur n'ait pas à se plier avec sa pelle plate de boulanger, ce qui varie sensiblement c'est le bâti extérieur au four. En presqu'île de Crozon, les fours à pain sont insérés dans un penty (petite maison) spécifique tout simplement pour faire le pain à volonté y compris les jours de pluie. Dans les régions chaudes le four est seul sans construction. Les fours communaux n'ont pas de porte, voire pas de pignon; les fours collectifs ont une grande porte d'entrée; les fours privés ont une largeur de porte ordinaire.

Le pain n'était pas à la portée de tous ni géographiquement, ni monétairement. Le pain se fabriquait et s'achetait à la semaine. Un pain noir (gris seigle) lourd, tellement compact que seul le trempage dans une soupe en venait à bout. Les boulangeries n’existaient pas encore et même si elles avaient dû exister, elles auraient été construites dans les bourgs passants et non dans les hameaux éloignés de tout. Dépêcher un membre de la famille pour courir sous la pluie, dans la boue des chemins creux était impensable, trop de temps perdu pour le travail au champ.

Jusqu'à la Révolution, le four à pain pouvait être un droit exclusif du seigneur local si la terre sur laquelle était construit le four était sa propriété. Certains seigneurs empêchaient l'usage du four en dehors de sa permission y compris en des lieux dont il n'avait pas la jouissance. Plus tard, pour les fermiers qui avaient un peu d'aisance, la construction d'un four à pain partagé constituait une solution avantageuse. Le partage des frais de construction existait ou inversement, seul un propriétaire faisait bâtir un four à pain sur sa propriété, en bord de chemin accessible à tous où chaque utilisateur local devait payer une somme d'argent pour une cuisson. La formule du four à pain "privé" installé dans la cour de la ferme existe aussi mais chronologiquement est souvent plus tardive.

Préchauffer le four durait des heures comme avait duré des heures le ramassage des bois secs pour la mise en température du four. Bois rare, de mauvaise qualité ou cher à l'achat. Il fallait avoir les reins solides au sens propre comme au figuré pour avoir son pain cuit en fin de journée. Une grosse boule, en général, conservée à domicile dans un tiroir de table ou un coffre à pain - certains se contentaient d'emmitoufler le pain dans un linge épais pour éviter les moisissures au bout de quelques jours à cause de cette humidité ambiante qui ne cessait jamais dans les pentys.

Le temps des fours à pain est achevé et seules quelques ruines se souviennent d'un lieu de rencontre et de partage de ce qui n'était pas si aisé de posséder. Posséder le pain était l'assurance que la famille ne connaissait pas la famine, un véritable bienfait de la bonté divine. La culture des blés, la conduite au moulin, le stockage à l'abri des souris, des vers, de l'humidité, représentaient tout un travail agricole de plusieurs saisons avec la crainte permanente des aléas climatiques. Son pain, il fallait le mériter à la grâce de Dieu.

Puis vint le temps du pain blanc, des premières boulangeries, des moyens de transports motorisés pour qui en avait les moyens. Un pain blanc, pain frais des riches servi au quotidien, jusqu'à ce que le pain devienne moins coûteux puisque la farine devienne industrielle, importée des régions céréalières de France. Le blé de la presqu'île n'était plus rentable et d'une qualité inacceptable, pourtant d'une qualité acceptée par les presqu'îliens jusqu'alors. Ainsi les moulins et les fours à pain tombèrent en désuétude en même temps, la rentabilité avait eu raison de leur existence.

Une période de réjurgence, lors de la seconde guerre mondiale, permit à certains fours à pain de reprendre du service. Tantôt, la cuisson du pain était répréhensible et les tournées des soldats Allemands dans les fermes viraient à la menace d'emprisonnement à cause des réquisitions, tantôt les mêmes soldats repartaient avec une boule de pain sous le bras... Dans les années cinquante, s'en était définitivement fini, les boulangers des bourgs servaient des baguettes blanches fraîches tous les jours.

Vestiges d'un four à pain.

Les principaux fours rénovés accessibles au public sont :
• Four à pain collectif d'Elléouët à Telgruc-sur-Mer.
• Four à pain communal d'Argol.
En dehors de cela, il faut regarder les pentys avec un demi dôme sur l'un des deux pignons. Vous êtes en présence d'un ancien four à pain de ferme.

Curiosités du pays

La coiffe du pays Rouzig

La coiffe Penn-Maout

Abreuvoirs anciens

Auge en pierre

Broyeuse hache-lande

Faneuse ancienne

Charrue de fonderie

Bois de chauffage d'antan

Four à pain traditionnel breton

Chemins des goémoniers

Maison bateau de Crozon : une caloge

Publicités murales

Street-art

Mosaïques et devantures

Gares bigoudenes

Haltes et PN

Ponts ferroviaires

Brume et embruns - différence

Ecume de mer

Ruisseau du Kerloc'h

Palplanche

Panneau indicateur

Tombe en ardoise

Eglises et chapelles

Calvaires

Niche votive

Gués

Aubette

Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930

Garde-corps de fenêtre en ferronnerie

Bac de lavage en béton

Pompe à bras

Puits

Pompage électrique

Voies Decauville

Cachoutage des voiles

Grand pavois

Embossage

Canon bollard

Mouillage forain

Balise de Basse Vieille

Espar

Arrondir les angles

Patrouilleur Kermorvan

Ardoises gravées

Borne des 1000 km du Gr34

Tessons de bouteille sur les murs

Devantures

Croix celtique

Vélo Anquetil

Moteur CLM

Soubassement en faux-appareils



A la une :

Un grand méthanier à membrane dans le vestibule du Goulet.
Les bouts des avions remorqueurs de cibles, une bonne affaire à l'époque.
Les essais de la frégate furtive Alsace.
L'histoire des ruines de Trévarguen en Roscanvel.
Les détails de la mission N°601 du bombardement du 3 septembre 1944 de la presqu'île de Crozon.
Les bombardements des 25/26 août 1944 à Roscanvel. Intervention de la 2TAF. Intervention de 3rd Bomb Division.
Les forces allemandes, les forces américaines, les Tasks Forces A et B de la libération de Brest et de Crozon.
Origine du nom de la rue de Peisey-Nancroix en Roscanvel.
Des records de vents bretons.
Les grands gravelots sont heureux du confiment des humains.
Vendeur colporteur de presse
La zone aérienne de la presqu'île : une réglementation spécifique.
Le répartiteur téléphonique militaire.
Le jonc piquant un bienfait pour la biodiversité.
Quand le frelon asiatique est-il dangereux ?
Les aménagements de la place de l'église de Morgat.
La démocratie participative, séquence souvenir !
La silhouette de l'aviso EV Jacoubet.
Des vedettes du Parc Naturel Marin d'Iroise PNMI.
Le rideau breton, une tradition presque perdue.
La voile ancienne pince de crabe... Une antiquité qui ressurgit.
Chantiers navals de Camaret.
La plage suspendue du Corréjou.
Embosser de la charcuterie et un bateau ce n'est pas la même chose.
Le sombre souvenir du Pluton.
Moteur CLM Peugeot Junkers.
Bientôt la fin de la frégate Primauguet.
L'indépendance de la Bretagne grâce à la 5e Panzerdivision allemande, les automistes bretons y ont cru !
16 canons de 47mm Mle 1885 en 4 batteries de côte.
Gardien de batterie de côte, un métier envié.
Nos cousines les Tipule.
La circulaire ministérielle du 31 juillet 1846 - Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières - Loi de déclassement des corps de garde 1846.
Pour ou contre les poubelles de plage. L'avènement des bacs à marée.
Armoiries des communes de la presqu'île de Crozon.
Une ancienne faneuse.
Le Gendarme est l'ami du jardinier.
La Ligie océanique le Cloporte des mers.
Du livre terrier au cadastre napoléonien.
Un petit papillon : la Brocatelle d'or.
ANNONCE GRATUITE : Recherche pièce détachée hache-lande - broyeuse d'ajonc.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Un vélo Jacques Anquetil qui raconte sa marque et ses soirées poker.
Une grande vedette à Camaret-sur-Mer Gabrielle Colonna-Romano.
Les yeux du plasticien Pierre Chanteau.
Initiation artistique de Jean Moulin à Camaret-sur-Mer.
Kabelbrunnen - puits à câbles téléphoniques de la guerre 39-45.
Radars allemands, détecteurs acoustiques - Funkmeßgerät, Ringtrichter-Richtungshörer.
Des mines allemandes dans les champs.
Papillon pourpre : Pyrale pourprée - Pyrausta purpuralis
Les plantes du littotal du haut de plage.
Des plastiques du passé bien présents dans la nature.
Des grains sous les fougères : les sores.
Baies sauvages comestibles ou toxiques...
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
E-book - livre numérique gratuit : 1ère nouvelle.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020