3e RAP et 2e RAC des régiments d'artillerie de côte

Les batteries de côte ont évolué tout au long des siècles avec des canons toujours plus puissants. Malgré la multiplication des batteries, jamais elles n'ont été toutes opérationnelles en même temps. A défaut d'un nombre suffisant d'artilleurs et par manque de moyen pour les entretenir en service, seul le temps des manœuvres réunit le personnel nécessaire pour des essais de tir sur une sélection de batteries. En dehors de ces périodes, ce sont des gardiens qui habitent sur place qui veillent sur le matériel. Dès le moindre refroidissement avec l'Angleterre, des artilleurs venant de Brest sont affectés le temps de l'alerte.

A la fin 1913 début 1914, semble correspondre à quelques mois d'une forte présence de moyens humains organisés. Des plans d'usage ont été élaborés pour la région militaire de Brest en cas de conflit armé dès la fin du 19ème siècle et régulièrement mis à jour par les commissions d'inspection.

En 1914, juste avant la mobilisation du 2 août.
• Le 3e RAP – 3ème régiment d'artillerie à pied :
Les 2ème batterie (pointe du Toulinguet – casernement Lagatjar) et 3ème batterie (pointe des Capucins) sont au complet et actives sur site. Par manque de moyens, du personnel est détaché pour former deux batteries de réserve. La 22ème batterie ainsi créée est destinée à la pointe de Trémet (casernement Quélern). La 23ème batterie créée sera divisée en quatre sections pour servir à Kerviniou, à la pointe de Cornouaille, au Fort Robert et à la pointe des Espagnols. A Fort Robert et à la Pointe des Espagnols le personnel est très réduit, la 21ème batterie du 2e RAC est attendue pour se charger des deux postes. Plusieurs casernements sont à disposition sur place en y incluant aussi celui de Kerlaer. La 2ème batterie territoriale du 3ème R.A.P. se charge des pièces d'artillerie du fort de Crozon.

Le régiment du 3ème RAP est issu de l'artillerie royale de Louis XV sous différentes appellations jusqu'à être appelé 3e RA puis en 1799 le 3e RAP. Renommé momentanément 3e RAC (3ème régiment d'artillerie à cheval), il s'illustre durant la période napoléonienne et cantonne longuement à Castre puis à Brest en 1914 qu'il quitte le 7 août. Sa participation à la première guerre mondiale avec le canon de 75mm modèle 1897 est jugée comme déterminante. Dissous en 1993. Devise "A la Sainte Barbe, Vive la bombarde".

• Le 2e RAC – 2ème régiment d'artillerie coloniale :
Les batteries sont à cette date à Brest, Lorient et au Havre et les 21e et 22e batteries sont versées en presqu'île momentanément. La 22ème batterie est scindée en trois, une partie est affectée à l'Île Longue, une autre au fort de Lanvéoc, une dernière au fort de Landaoudec.

Le 2e RAC est créé à Toulon en 1792, s'appellera 2ème RAMA (2ème régiment d'artillerie de marine) à plusieurs reprises. Fréquemment dissous, puis recréé, il disparaît définitivement en 1994. Il est cantonné à Brest et à Cherbourg jusqu'au printemps 1914 ensuite, les batteries sont redistribuées partiellement. Brest perd donc 3 batteries complètes.

Les 3ème RAP et 2e RAC sont des régiments éclatés qui servent dans plusieurs régions à la fois.

Le 2e RIC est présent dans les "coulisses" pour la "manutention" qui ne manque pas dans les batteries côtières de grandes dimensions et leurs magasins sous roc. Le 2ème régiment d'infanterie coloniale est nommé aussi 2ème RIMA (2e régiment d'infanterie de marine) selon les siècles. Prestigieux régiment d'infanterie de marine cantonné à Brest à partir de 1901 puis au Mans en 1963. Devise : "Fidelitate et honore, terra et mare" – "Fidélité et honneur sur terre et sur mer".

Le fonctionnement d'une batterie lourde réclame environ deux cents hommes en presqu'île. Une moitié d'artilleurs, un tier d'auxiliaires d'infanterie et le reste, des personnels d'appoint, des réservistes... Certains effectifs d'une batterie de régiment vont jusqu'à trois cents hommes et plus.

Au cours du mois d'août 1914, les artilleurs de tous les régiments sont regroupés à Brest avant de partir sur le front à l'Est de la France. Le 6 août pour le 3e RAP. le 26 août pour le 2e RAC. L'infanterie du 19ème RI de la surveillance côtière en fait autant.

Les batteries replongent dans le manque de moyens humains une fois de plus. Le personnel requis de remplacement est composite. Des élèves de l'école navale, des anciens marins, des réservistes, des équipages de navires secondaires... Des reliquats comme les nommeront les instances de l'époque. L'infanterie de service sera constituée provisoirement (moins d'un mois) de détachements du 87e RIT (87ème régiment d'infanterie territoriale). Après le prélèvement des troupes, ce seront les canons qui seront prélevés, la côte est défendue au minimum du minimum. Les canons de remplacement sont de petits calibres et moins nombreux. Entre les deux guerres mondiales, les affectations en matériels et en unités deviennent très aléatoires. L'armée privilégie la ligne Maginot à défaut de moyens illimités.

Lors de la seconde guerre mondiale, l'armée d'occupation allemande réutilise certaines batteries en les modernisant et en y incorporant des bunkers en béton armé. Dans les faits la plupart des dispositifs sont obsolètes, seuls leurs lieux de déploiement sont stratégiques.



Destins de guerre

19e RI & 118e RI

2e RAC & 3e RAP

13ème RIC

87e RIT

Sous -marin Germinal

Dixmude

Tahure

11 novembre

La Fronde

Débarquement d'Athènes

3 frères morts pendant la grande guerre

Croiseur Ernest Renan

Cuirassé Suffren

Croiseur cuirassé Kléber et sous-marin allemand UC-61

Le Bouclier

El Ksiba Maroc

Le Sfax

Cuirassé Bretagne

Cargo le Granville

Camp de Watenstedt

Résistant 18 ans fusillé

Bombardement de Telgruc

Mémorial de l'aéronautique

Le 248 RI 208ème compagnie et 5ème Bataillon en 1940

La bataille de l'Ailette le 5 et 6 juin 1940

Résistance à Camaret

Réseau Vengeance

bataillon de FTP - Franc-tireur-partisan

Commandant L'Herminier

L'Emigrant sous protection allemande

Tante Yvonne

Maquis de Spezet

Jean Ménez

Yves Lagatu

La Soizic

Bateaux de Camaret arraisonnés ou mitraillés par la Royal Navy et la RAF

La Suzanne-Renée - Réseaux d'évasions des pilotes Américains et Anglais de la WW2

La Croix de Pen-Hir

Rose Bruteller

Opération Rhubarb

Les bancs de brouillard

Les tombes du Commonwealth de : Camaret - Crozon - Lanvéoc - Roscanvel



A la une :

Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
La Pertuisane sur le Song Day.
Les ancres chassent.
L'étang de Prat ar Pont de Camaret.
Inscriptions latines sur la tombe du recteur.
Les obstacles en bois - hemmbalken et pieux.
Plaque émaillée de la licence IV.
La mode défensive : le mur avec des tessons de bouteille.
La dune blanche, grise, noire...
La fin de la flûte Rhône.
L'escadrille E6 de Lanvéoc Poulmic d'hydravions Latécoère 521 522 523
Les Vorpostenboote et la Vedette fluviale - Flugbebriebsboot - souvenirs de guerre.
Les épaves proche des côtes de la presqu'île de Crozon.
Une vedette des douanes devenue bateau de sauvetage.
Un Kriegsfischkutter à Camaret.
Le Cap de la Chèvre.
La Pointe de Pen-Hir en photos.
La batterie de la pointe de Pen-Hir.
L'érosion sableuse.
La borne des 1000 km du Gr34 à Pen-Hir.
Les ardoises gravées... Sculptures littéraires !
Le phénomène d'accrétion.
La pierre du mariage.
L'histoire des calibres des canons présents en presqu'île de Crozon.
Les microplastiques par millions sur nos plages.
Les fortifications de la Pointe des Espagnols.
Des croisements sous surveillance allemande.
Le cinéma le Rex de l'organisation Todt.
Le canon de 100mm TR en batterie de côte.
Le canon de récup de 75mm Mle 1908 à Fort Robert.
Le canon de 65mm TR 1888-91 au ravin du Stiff.
Souvenir des gués.
L'histoire des repères de nivellement général.
Marie-Jo Guével maître-verrier.
Gérard Guéguéniat artiste peintre sculpteur...
Le bunker 636a pas si fréquent que cela...
Préparation de l'arrivée du canon de 32cm Mle 1870-84 à la Pointe des Espagnols.
Le bunker 668 version simplifiée présent en 3 exemplaires en Roscanvel.
L'effet du climat sur le sol.
L'abri wellblech Vf1b - tôle métro
Le bunker - tobrouk Vf25 est en presqu'île de Crozon !
Le souvenir du château-fort de Castel bihan Poulmic.
La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la fille.
Motte de Rozan - motte castrale féodale.
Un Pluvier doré juvénile en visite à la Palue.
11 novembre à Landévennec.
Ancienne batterie côtière de l'île de l'Aber.
Défense allemande de Telgruc-sur-Mer.
Des mouillages à cause d'Amélie !
Enfouissement des lignes électriques à cause des tempêtes.
Le débit de boissons du Fret.
Les indemnisations pour l'Erika un mauvais souvenir à Crozon.
La mairie de Roscanvel, l'ancienne école des filles.
Le temps des locations au Fret pour les pêcheurs de coquilles.
La tour pas si Intrépide que cela.
Yves Lagatu mitrailleur des F.A.F.L.
L'espar, le piquet balise dans la mer.
Le temps des grésillons...
Villas et maisons du Fret.
La Duchesse de Bretagne transite par le port du Fret avant de devenir reine.
Histoire de la liaison maritime Le Fret - Brest.
Batterie anti-aérienne de la presqu'île avant 1939.
L'historique des sémaphores du Cap de la Chèvre.
La flotte Tardieu offre son pin de l'Orégon à Rostellec.
Pêche.



Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020