Qui a construit le Mur de l'Atlantique en presqu'île de Crozon ? Les ordres & hiérarchies

Ce tobrouk VF 58 est construit d'après un plan Todt, son implantation fut ordonnée à Berlin, son exécution fut locale. Ce sont les Français qui l'ont payé pour se défendre contre les forces alliées.

De gauche à droite Hitler - Speer - Todt.

Führerweisung Nr. 39 - instruction du Führer - du 8 décembre 1941, «Übergang zur Verteidigung» - Passage à la défensive. Hitler rédige une note le jour même de l'entrée en guerre des Etats-Unis. La menace sur l'Allemagne vient désormais de l'Angleterre alliée des Etats-Unis. Le renforcement des côtes devient une priorité. L'ordre parvient au chef militaire de la Wehrmacht Wilhelm Keitel qui en date du 14 décembre émet à son tour une instruction  - «Ausbau der Küstenverteidigung» - Développement de la défense côtière - aux différents commandements des différentes armes - terre - air - marine.

Dans la continuité Hitler impose une réunion entre Goering, von Rundstedt, Jacob et Speer. Entre ces hommes, les mésententes sont patentes. Goering tire toujours la couverture à lui et veut tous les pouvoirs, il enchaîne les échecs militaires mais conserve l'estime du peuple. Hitler s'en passerait bien. Rundstedt est anti-nazi et ne manque pas de le faire savoir à demi-mot. Hitler s'en irrite. Jacob n'est pas fiable et Speer est un civil ambitieux prêt à tout et donc nazi par nécessité mais il plaît beaucoup à Hitler. L'objet des discussions : la construction d'une protection anti-invasion de la Norvège aux Pyrénées (France). Le principe du Mur de l'Atlantique est acquis - Neue West Wall - la mention Neue (Nouveau) est relative au fait qu'à l'époque, les stratèges germaniques veulent s'inspirer de la construction de la ligne Siegfried (1916).

Führerweisung Nr. 40 du 23 mars 1942 - ordre du lancement officiel de l’Atlantikwall. Les travaux commencent en août.

Organigramme de Berlin à Crozon

• Führer / Chancelier Adolf Hitler "Guide" / chef du gouvernement du 3ème Reich - Allemagne nazie - Oberkommando der Wehrmacht (O.K.W.) - chef des armées.
     - Generalfeldmarschall - Commandant en chef Wilhelm Keitel
     - Generaloberst - Chef d'état major - Alfred Jodl

• Reichsmarschall Hermann Göring (Goering) chef suprême de l'aviation (Luftwaffe).

• Commandant en chef des forces d'occupations de l'Ouest soit de l’Oberbefehlshaber West (O.B.W.) - Armée de terre (Heer) - La presqu'île de Crozon en fait partie.
     - Generalfeldmarschall Erwin von Witzleben : 25 octobre 1940 14 mars 1942
     - Generalfeldmarschall Gerd von Rundstedt : 15 mars 1942 1er juillet 1944
     - Generalfeldmarschall Günther von Kluge : 2 juillet 14 août 1944
     - Generalfeldmarschall Walter Model : 15 août 4 septembre 1944
     - Generalfeldmarschall Gerd von Rundstedt : 5 septembre 1944 9 mars 1945
 - Chef d'état major de l'O.B.W. fonction occupée essentiellement par le Generalleutnant Günther Blumentritt
     - La presqu'île de Crozon appartient à la région militaire A.O.K.7 (161 000 hommes) - Armeeoberkommando - commandement supérieur de la 7ème armée de terre - responsable de la défense armée de la côte et donc de la performance du Mur de l'Atlantique construit. Quartier général au Mans. L'A.O.K.7 est une composante de l'O.B.W.. Commandants en chef successifs :
       - Generaloberst Friedrich Dollmann : 25 août 1939 - 28 juin 1944   
       - Oberstgruppenführer Paul Hausser : 29 juin 1944 - 21 août 1944
       - SS General der Panzertruppe Hans Freiherr von Funck : 21 août 1944 - 22 août 1944
       - General der Panzertruppe Heinrich Eberbach : 22 août 1944 - 2 septembre 1944
       - General der Panzertruppe Erich Brandenberger : 3 septembre 1944 - 21 février 1945
          - Les chefs d'état-major successifs de la VIIème armée :
          - Generalleutnant Walther Fischer von Weikerstha : l26 août 1939 - 25 novembre 1940
          - Generalmajor Werner Richter : 25 novembre 1940 - 9 juillet 1942
          - Generalmajor Friedrich Sixt : 9 juillet 1942 - 7 mars 1943 (Cet officier est venu en inspection à Camaret-sur-Mer lors de la construction de la batterie du Grand Gouin)
          - Generalmajor Henning von Thadden : 7 mars 1943 - 1er juin 1943
          - Generalmajor Max-Josef Pemsel : 1er juin 1943 - Avril 1944
          - Oberst Horst Kraehe : Avril 1944 - Mai 1944
          - Generalmajor Max-Josef Pemsel : Mai 1944 - 28 juillet 1944
          - Generalmajor Rudolf-Christoph von Gersdorff : 28 juillet 1944 - 8 mai 1945
            - XXV Armeekorps VII Armee - 25ème corps d'armée de la 7ème armée et le corps d'infanterie présent en presqu'île. Le 25ème corps a subi quelques rattachements autres tout particulièrement en 1940 mais à partir de mai 1941 et cela jusqu'à la libération de la presqu'île, le XXV Armeekorps était sous le commandement de la VII Armee et est composé de plusieurs divisions d'infanterie. Commandants en chef successifs :
               - General der Infanterie Karl Ritter von Prager : 6 novembre 1939 - 1er mai 1942
               - General der Artillerie Wilhelm Fahrmbacher : 1er mai 1942 - 10 juin 1944
               - General der Infanterie Dietrich von Choltitz : 10 juin 1944 - 16 juin 1944
               - General der Artillerie Wilhelm Fahrmbacher : 16 juin 1944 - 10 mai 1945
- 343. Infanterie-Division unité d'infanterie la plus représentative en presqu'île présente entre novembre 1942 jusqu'à la libération. Rattachée à la LXXXVII armeekorps de décembre 1942 à juillet 1943, elle reste sous l'autorité de la 7ème armée. Durant les autres périodes, elles est sous l'autorité de la XXV armeekorps.
                - Les commandants successifs de la 343. I.D. (unité créée fin septembre 1942 pour servir en Bretagne - succède en presqu'île aux 251. ID, 335. ID, 257. ID) :
                - Generalleutnant Friedrich Zwickwolff : 28 septembre 1942 25 août 1943
                - Generalmajor Hermann Kruse : 25 août 1943 1er février 1944
                - Generalleutnant Erwin Rauch : 1er février 1944 Libération de la presqu'île de Crozon - reddition au Cap de la Chèvre.
                - La 343ème division d'infanterie est composée de régiments dont le Pionier-Bataillon 343. Le bataillon du génie a été créé le 2 octobre 1942 dans la zone d'entraînement militaire de Grafenwoehr, district militaire XIII. Le bataillon était initialement constitué de deux compagnies. Le 15 août 1943, le bataillon a été étendu à trois compagnies. Il est commandé par l'Hauptmann - capitaine - Adolf Ritter von Strauss installé dans un QG de Plougastel.
                   -  Einheit (dénomination des compagnies) Feldpostnummer (numéro de poste)
                   -  Stab 44506 A
                   -  1. Kompanie 44506 B
                   -  2. Kompanie 44506 C
                   -  3. Kompanie 44506 D
                  Bien qu'incorporé dans une division d'infanterie, le bataillon de génie (constructions et aménagements militaires sur le terrain) de chaque division d'infanterie est sous l'autorité de sa propre hiérarchie qui remonte à Berlin sous le commandement du general der Pioniere und Festungen - Général du génie et des forteresses. Ces militaires du génie sont susceptibles de combattre en cas de nécessité. Autre problème majeur, les divisions d'infanterie sont susceptibles de changer de lieu d'engagement et par voie de conséquence d'interférer sur l'avancée des travaux de défense. Ce sera donc une autre unité du génie militaire qui prendra en charge les travaux de la presqu'île de Crozon - Festungs-Pionier-Bataillon 9 (groupe II).

• General der Pionere Alfred Jacob général en chef du génie à l'O.K.H - Oberkommando der Heeres - commandement suprême de l'armée de terre (Heer). Ce général du génie est aussi commandant des unités de génie des forteresses (défense des ports) sous l'autorité exclusive de la Kriegmarine - Marine - entre 1940 et 1941.
      - Création du Marineoberfestungspionierstab beim Kommandierenden Admiral West - amirauté du génie maritime de la région Ouest le 15 mai 1940 alors commandé par l'Oberstleunant Franz Habicht. Responsabilité de la construction des batteries navales côtières et des ports dont le QG est à Paris. Sur le terrain le grade le plus élevé est inspecteur des forteresses. Après la décision de la construction du West Wall, la marine (Kriegsmarine) en presqu'île, travaille avec l'Organisation Todt car les constructions de la marine-flak (D.C.A de marine) et les batteries côtières sont composées d'encuvements normalisés dont la conception émane de l'O.T.. Une fois les réalisations achevées, l'armement est placé par les troupes de l'artillerie de marine.
        - Generalleutnant Rudolf Schmetzer Inspector Landbefestig West - inspecteur des forteresses + expert en camouflage de l'O.B.W. 15 août 1940 01 avril 1944.
        - Generalleutnant René Eberle 10 mars 1944... Capitulation.
Le Festungspioniere - le génie des forteresses - sous commandement maritime jusqu'au 4 octobre 1941 car sa mission exclusive est de bétonner les ports stratégiques, bases sous-marines, se voit ordonner de se rattacher, en plus de ses missions de marine, à chaque division de l'armée de terre et de l'armée de l'air. Cette apparente "promotion" de par l'étendue des nouvelles prérogatives est illusoire et va signer l'affaiblissement de l'unité militaire dont bien des soldats vont être mutés sur les différents fronts pour compenser les pertes humaines en cours. Le Festungspioniere est divisé en 5 Festungsbaustäbe dont le
Festungsbaustäb de Brest :
           - Festungspionierstab 28, commandé par l'Oberstleutnant Schultz. (1940)
           - Festungspionierstab II/9 - Fest.Pi.Abschn.Gr.II/9 - du Festungs-Bau-Bataillon 9 (création 22 mai 1942) à partir du 23 septembre 1943 nouvelle appellation : Festungs-Pionier-Bataillon 9 subordonné au Festungs-Pionier-Kommandeur XIX créé le 15 décembre 1941 dans le district militaire V en tant que composante de l'armée de terre (Heer). Commandant d'unité : Oberstleutnant - colonel - Max Edler von Stiotta - Autrichien - nomination 10 octobre 1943 sera muté ultérieurement. Le Festungspionierstab II/9 du Festungs-Pionier-Bataillon 9 a son poste de commandement à Guipavas. Commandant l'hauptmann - capitaine - Richter puis l'hauptmann Dörr. Ces militaires du génie participent à la construction du Mur de l'Atlantique dans la presqu'île de Crozon avec l'organisation Todt. Cette dernière construit les bunkers, et la Festungspionerstab II/9 y participe aussi mais se spécialise dans la mise en place de l'armement. C'est une unité non attachée à une division d'infanterie elle est donc moins sujette aux déplacements, cela permet des co-réalisations importantes à Crozon avec l'O.T.. Officiellement le génie militaire prévaut sur l'Organisation Todt qui est sensée remplir le cahier des charges des militaires... Dans les faits, l'O.T. sera à la manœuvre.
Festungsbaustab Bretagne - Festungspionierstab 9 Höh Kdo zbV LX - Festungspionierstab 9 (Granville) pour 323/83/716/709ID. Le groupe I/9 est à Lorient.

• Generalinspektors für das deutsche Strasenwesen (inspecteur général des routes allemandes) Fritz Todt puis après sa mort en 1942, Albert Speer architecte dirigeant l'organisation Todt - génie civil et militaire concepteur des plans des bunkers et organisatrice des chantiers. L'O.T. a une origine paramilitaire d'avant-guerre. Pour enrailler le chômage, l'Allemagne fait construire des autoroutes par des ouvriers enrôlés. Cet esprit de travail "recommandé" persiste une fois la guerre déclarée. Des ouvriers civils actifs sous une autorité nazie, sans pour autant avoir une formation militaire avancée, telle est la configuration de l'O.T..

Quand Hitler commande 15000 bunkers pour son West Wall - Mur de l'Atlantique - l'O.T. ne peut fournir suffisamment de personnels. Il s'adosse et s'imbrique dans le Festungpionere composé d'hommes du génie mais ayant un statut de militaire. Cela suffit à peine pour l'encadrement des chantiers, quant aux ouvriers les manques sont encore considérables. Les jeunes du R.A.D. - Reich Arbeit Dienst - y sont adjoints. Insuffisant encore...

La presqu'île de Crozon reçoit des éléments de l'Organisation Todt de Brest - Oberbauleitung Nord - O.B.L. Nord - de St Brieuc à Quimper (création en 1940). Q.G. à Brest jusqu'en août 1944 puis brièvement à Rennes. Nommé aussi O.B.L. Brest et disposant de 16618 hommes au total, sous le commandemant du Reg. Baurat Kratzer muté en Normandie et remplacé par son second le Städt Baurat Wolf.
- Kratzer, Regierungsbaurat - responsable des édifices gouvernementaux - Oberlauleiter en charge des constructions à Brest, O.B.L. Nord de juin 1943 à Août 1944. Ilo supervise la presqu'île de Crozon.
- Schunk, responsable des communications de l'Oberbefehlshaber avec l'O.B.L. Brest.
L'O.T. est en activité sur les côtes françaises de l'Ouest dès juin 1940 sous l'appellation OT-Einsatz WESTKÜSTE dont le QG est à Lorient. A cette période les travaux sont modestes et concernent plus particulièrement les routes, les rails, les communications, les réparations en tous genres - il s'agit d'installations de "confort" pour l'armée d'occupation. Les travaux urgents abordés en presqu'île sont les problèmes d'alimentation en eau douce déjà insuffisante pour les Crozonnais et d'autant plus insuffisante avec la venue de l'armée allemande. Le réseau électrique est alors minimaliste et les usines électriques de faibles capacités s'avèrent impuissantes à alimenter les nouveaux venus. Camaret, par exemple, va vite être modernisé de ce point de vue. Fin 1941, suite à la réorganisation des unités dans l'Ouest, l'Einsatz est subdivisé en Einsatzgruppe WEST (7 secteurs en 1942 - 18 en mai 1943 à cause de l'ampleur des travaux du Mur de l'Atlantique), le quartier général est transféré au siège de Paris - 33 avenue des Champs Elysées, à l'encontre des souhaits exprimés par Speer qui craignait l'effet "dispersifs" de la capitale française sur les responsables de l'O.T.

Hiérarchie de l'Organisation Todt :
- Einsatz - zone de travail multi nations occupées
   -  Einsatzgruppe - groupe de travail dans un district d'une zone de travail - Einsatzgruppen au pluriel - Einsatzgruppe West concerne les Pays-Bas la Belgique, la France Manche et Atlantique.
     - Oberbauleitung - O.B.L. - direction supérieure des travaux d'un district - Oberbauleitungen au pluriel - Oberbauleitung Nord - O.B.L. Nord - de St Brieuc à Quimper
       - Bauleitung - B.L. - direction de construction en chef d'un secteur ou de plusieurs secteurs d'un district
        - Abschnittsbauleitung - A.B.L. - direction de construction d'un secteur exclusivement
          - Baustelle - chantier local

Les contingents d'ouvriers travaillant sur la défense côtière essentiellement sont des ouvriers et de l'encadrement de l'O.T. mais aussi des ouvriers réquisitionnés sur place dans la population, des ouvriers étrangers contraints, des prisonniers y compris des tirailleurs Sénagalais de l'armée française - internés dans les forts de Crozon tel que Landaoudec, des ouvriers français pro-nazis, etc - des frontarbeiter - des ouvriers du front.

Tout ce personnel qui circule en bus à impériale, en camion, ou à pied sur les routes de la presqu'île, et les unités périphériques se décomposent ainsi :

- Festungbautrupps - détachements de construction de forteresses - travaillent sur les zones fixes à forte densité de construction et sont sous le commandant de la forteresse considérée.
- Bautrupps - détachements de construction de première ligne - Ces ouvriers travaillent sur ordre de l'A.O.K. 7 - la septième armée sous le commandement de l'Höhere Pioner Kommandeur - ingénieur en chef - qui ordonne les mise en place sur le terrain par le biais du Festungs Pionier Kommandeur XIX de la région qui associe les ouvriers de l'O.T. à ses troupes du génie selon la hiérachie officielle. En réalité, l'Organisation Todt "réquisitionne" l'armée à sa convenance. Pour faire la jointure entre les deux génies rivaux, l'O.B. West dispose d'un Kommandant Festungsbereich. Quoiqu'il en soit ces détachements sont très mobiles et donc une unité de transport les suit sous l'autorité du Transportoffizier - responsable des transports. Ces détachements sont amenés à construire ou tout démolir à volonté et à élaborer des réseaux de communication, opérer des réparations y compris mécaniques, manutentions de munitions, ceci dans des zones de combat durant la durée du chantier.
- Bautrupps - détachements de construction de l'arrière - œuvre à l'arrière des lignes pour les voies de chemin de fer, les communications diverses, postes de garde, ouvrages d'intendance, etc. Des ouvrages variés toujours loin des combats. Même hiérarchie que les Bautrupps de première ligne.
- Bautrupps - détachements de construction dédiés à la Luftwaffe - armée de l'air. Dans le cas de la presqu'île le site de la base aéronavale de Lanvéoc est sous leurs compétences avec de plus une unité spéciale pour la réparation des pistes d'atterrissage (après bombardement) dont les ouvriers sont pour beaucoup des prisonniers ou des soldats Allemands peu fréquentables tant la tâche est rude et dangereuse. Il y eut de la maltraitance dans cette unité à Lanvéoc. Hiérarchie : Inspekteur der Luftwaffenbautruppen - inspecteur des troupes de construction de l’armée de l’air. Flughafen Bereiche - commandement de l'aéronavale. Luftwaffen - Feldbauämter - planification. Bauleitungen - direction de chantier.
- Nachschubtrupps - troupes d'approvisionnement - des soldats exclusivement Allemands armés assurant l'approvisionnemment des chantiers exposés aux combats et dont la hiérarchie est rattachée aux unités de transport de la 7ème armée. Div. Nachsch. Tr. 343 - Division Nachschubtruppen 343 : Major Joseph Aich - QG à Landerneau.
- Arbeitstrupps - détachements de travail et d'appovisionnement des lignes arrières. Persnnels non-Allemands jugés fiables et encadrés par des miitaires Allemands - hiérachie transports de la VIIe armee.
- Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps - N.S.K.K. - Corps national socialiste du transport motorisé - unité nazie de transports - hiérarchie mixte organisation Todt et Festungpioniere. 4 bataillons 12 compagnies des centaines de chauffeurs et de camions...
- Schutzkommando West + Polizeiregiment - deux unités de vigiles et de police pour surveiller les sabotages, les vols des chantiers, protéger les ouvriers contre des attaques de résistants, ainsi qu'assurer la sécurité des collaborateurs Français. La marine allemande - Kriegsmarine - utilise ses propres vigiles - Werftpolizei - K.M.W. dont les effectifs sont exclusivement Allemands. Wachmänner - organisme similaire mais composé de volontaires Français pro-nazis. Un service de renseignements surveille aussi les intervenants des chantiers. Div. Nachr. Abt - Div. Nachr. Fhr. Abt - Division Nachrichtenführer Abteilung : Commandant de secteur - département - district - du renseignement Major Fritz Rössler - QG à Landerneau.

La liaison entre les Festungspionierstäbe (armée) et l'O.T. dépendait du Gebietsingenieur - ingénieur de liaison du district militaire auprès d'un O.B.L..

Le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon a pour but de protéger Brest au delà d'être une défense anti-débarquement, à ce titre le Festungskommandant Brest - Oberst Hans von der Mosel puis generalmajor - chef des Stabes Festung Brest - demande certains travaux tout particulièrement à Roscanvel.

Les premières installations de la troupe allemande d'occupation se fait chez l'habitant, dans les écoles et aussi sous la tente, tout comme dans les forts du 19ème siècle. Les premiers canons sont en position de campagne ou sont des positions françaises récupérées. Quand la guerre s'installe dans le temps, les soldats Allemands doivent aussi bâtir leur défense en fonction des plans d'expansion constante émanant directement de Berlin.
1942-1943 Winter Ausbauprogramm.
1943 Neubauprogramm die Standige Ausbaue.
1943-1944 Schartenbauprogramm.
1944 Sommerausbaupprogramm.

Le programme d'installation qui détermine la configuration du Mur de l'Atlantique en presqu'île est le Schartenbauprogramm qui impose que les canons de côte soient sous casemates particulièrement solides envers les bombardements alliés de plus en plus fréquents et de plus en plus puissants. Le programme commence dès le 1er janvier 1943 avec des chantiers gigantesques et des bunkers dont les toits atteignent 2 mètres et plus de béton armé.

Cependant avant d'entamer les constructions en béton sur les falaises, dans les dunes... Il est nécessaire de faire des études de sol qui commencent au troisème trimestre de 1941 et qui sont menées par des bataillons de géologues militaires SS - unité entièrement allouée à la sécurité d'Hitler et "réputée" pour sa violence. Dans le cas présent, ces spécialistes Wehrgeologen-Bataillon SS (abréviation de l'allemand Schutzstaffel, échelon de protection) sont des scientifiques nazis qui étudient la nature des sols afin d'en déduire le type de construction envisageable. L'autre mission de ces commandos est de cartographier la présence de l'eau douce -Wasserversorgung - dans les zones destinées à devenir des festungen ou des verteidigungsbereichen. Leurs travaux d'étude commencent avant que l'idée du mur de l'Atlantique ne soit émise et les intensifient en août 1942.

Niveaux de construction du mur de l'Atlantique

Festung (festungen au pluriel) - Fst : forteresse dans le sens "fortement armé" - est une position stratégique fortement défendue sur une grande surface telle que le fut Brest et la presqu'île de Crozon conjointement et disposant d'un commandement central. La presqu'île de Roscanvel était assimilée à la festung de Brest.

Stützpunkt (stützpunkte au pluriel) - Stp : point d'appui constitué d'armes lourdes qui assure sa propre défense en toute autonomie. Autonome en munition, en intendance (alimentation) et en commandement. En cas de guerre totale, le point fort doit combattre jusqu'à la mort ou la destruction totale. Une directive Hitlérienne ordonne le sacrifice suprême. Il s'insère dans la Festung dans les situations de défense courante mais en cas de défense ultime, il prend son autonomie. 3 stützpunkte en presqu'île : Batterie de Kerbonn - Batterie du Grand Gouin - Point fort de la Pointe des Espagnols ""Nordspitze Crozon" ou "Stützpunkt Espagnols".

Stützpunkt-gruppe ou Stützpunktgruppe (stützpunktgruppen au pluriel) est un ensemble de positions lourdes qui mutualise certains éléments techniques appartenant à leur Stützpunkt.

Verteidigungsbereich (verteidigungsbereichen au pluriel) est une zone de défense importante en surface mais non stratégique telle une ville sans grand intérêt militaire comme Berlin. D'un point de vue côtier, ce sont les estuaires qui sont à défendre par exemple. Ce n'est pas le cas de la presqu'île qui est considérée comme hautement stratégique à cause du port militaire de Brest et de sa base sous-marine de l'époque.

Widerstandnest - Wn : nid de résistance peu armé. Très nombreux en presqu'île. Un à chaque extrémité de plage puis un, deux, voire trois en fonction de la longueur de la plage au centre de celle-ci. Canon anti-char sous casemate, mitrailleuses insérées dans des tobrouks...



Destins de guerre

Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?

19e RI & 118e RI

2e RAC & 3e RAP

13ème RIC

87e RIT

Sous -marin Germinal

Dixmude

Tahure

11 novembre

La Fronde

Débarquement d'Athènes

3 frères morts pendant la grande guerre

Croiseur Ernest Renan

Cuirassé Suffren

Croiseur cuirassé Kléber et sous-marin allemand UC-61

Le Bouclier

El Ksiba Maroc

Le Sfax

Cuirassé Bretagne

Cargo le Granville

Camp de Watenstedt

Résistant 18 ans fusillé

Bombardement de Telgruc

Mémorial de l'aéronautique

Le 248 RI 208ème compagnie et 5ème Bataillon en 1940

La bataille de l'Ailette le 5 et 6 juin 1940

Résistance à Camaret

Réseau Vengeance

bataillon de FTP - Franc-tireur-partisan

Commandant L'Herminier

L'Emigrant sous protection allemande

Tante Yvonne

Maquis de Spezet

Jean Ménez

Yves Lagatu

La Soizic

Bateaux de Camaret arraisonnés ou mitraillés par la Royal Navy et la RAF

La Suzanne-Renée - Réseaux d'évasions des pilotes Américains et Anglais de la WW2

La Croix de Pen-Hir

Rose Bruteller

Opération Rhubarb

Les bancs de brouillard

Les tombes du Commonwealth de : Camaret - Crozon - Lanvéoc - Roscanvel



A la une :

Captage de naissains sauvages d'huîtres.
Le four à pain traditionnel breton.
Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
La cale brisée de Morgat.
La petite histoire du Ménez Luz.
La conserverie "La Telgrucienne".
Batterie du Menez Caon.
Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
La Pertuisane sur le Song Day.
Les ancres chassent.
L'étang de Prat ar Pont de Camaret.
Inscriptions latines sur la tombe du recteur.
Les obstacles en bois - hemmbalken et pieux.
Plaque émaillée de la licence IV.
La mode défensive : le mur avec des tessons de bouteille.
La dune blanche, grise, noire...
La fin de la flûte Rhône.
L'escadrille E6 de Lanvéoc Poulmic d'hydravions Latécoère 521 522 523
Les Vorpostenboote et la Vedette fluviale - Flugbebriebsboot - souvenirs de guerre.
Les épaves proche des côtes de la presqu'île de Crozon.
Une vedette des douanes devenue bateau de sauvetage.
Un Kriegsfischkutter à Camaret.
Le Cap de la Chèvre.
La Pointe de Pen-Hir en photos.
La batterie de la pointe de Pen-Hir.
L'érosion sableuse.
La borne des 1000 km du Gr34 à Pen-Hir.
Les ardoises gravées... Sculptures littéraires !
Le phénomène d'accrétion.
La pierre du mariage.
L'histoire des calibres des canons présents en presqu'île de Crozon.
Les microplastiques par millions sur nos plages.
Les fortifications de la Pointe des Espagnols.
Des croisements sous surveillance allemande.
Le cinéma le Rex de l'organisation Todt.
Le canon de 100mm TR en batterie de côte.
Le canon de récup de 75mm Mle 1908 à Fort Robert.
Le canon de 65mm TR 1888-91 au ravin du Stiff.
Souvenir des gués.
L'histoire des repères de nivellement général.
Marie-Jo Guével maître-verrier.
Gérard Guéguéniat artiste peintre sculpteur...
Le bunker 636a pas si fréquent que cela...
Préparation de l'arrivée du canon de 32cm Mle 1870-84 à la Pointe des Espagnols.
Le bunker 668 version simplifiée présent en 3 exemplaires en Roscanvel.
L'effet du climat sur le sol.
L'abri wellblech Vf1b - tôle métro
Le bunker - tobrouk Vf25 est en presqu'île de Crozon !
Le souvenir du château-fort de Castel bihan Poulmic.
La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la fille.
Motte de Rozan - motte castrale féodale.
Un Pluvier doré juvénile en visite à la Palue.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020