Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 passé en chambre à gaz en 39-45



Poème rédigé en 1915, publié en camp en 1917.

Expériences vécues en liberté et en captivité

Hermann von Boetticher (1887-1941) est fils de pasteur. Il embarque au titre de passager à bord du paquebot Patrie le 14 mai 1914 pour une croisière inaugurale vers New York. Le 24 août, il entame son voyage de retour pour Amsterdam sur le paquebot Nieuw Amsterdam. A l'approche des côtes françaises, le navire est arraisonné par la marine française et les ressortissants des nations ennemies sont conduits en internement dans le camp d'internés civils de l'Ile Longue et ceci durant toute la durée de la première guerre mondiale. Parmi des milliers de prisonniers et plusieurs dizaines d'artistes, le jeune prisonnier se trouve un talent de survie et rédige des poésies dans le style expressionniste. Il entame parallèlement la rédaction de la tragédie Jepthté qu'il achève en 1919, une fois libéré, mais en centre de soins en Suisse. Ses premières poésies parviennent à être éditées en 1917 dans le camp lui-même grâce à une imprimerie sur place qui publie des périodiques divers pour humaniser la détention qui s'éternise. Hermann von Boetticher écrit de plus une pièce de théâtre dans sa chambrée. Après guerre, après Genève, voici Berne où il devient metteur en scène et dramaturge au Berner Stadttheater ceci brièvement durant sa présence suisse.

Enfin de retour en Allemagne, il poursuit sa vocation de dramaturge au Düsseldorfer Schauspielhaus. Il publie des recueils de poésie sur le thème de la liberté retrouvée. Sa pièce Frédéric le Grand, Le prince héritier, est jouée au Staatstheater de Berlin à partir du 21 janvier 1920. La deuxième partie intitulée The King est en première au Stadttheater Bochum le 9 juillet 1922. Désormais l'homme de théâtre est sans cesse en déplacement Berlin, Munich, Genève, Paris, Florence. En 1924, il publie son dernier ouvrage Das Bild.

En 1925, il est interné dans un hôpital psychiatrique pour schizophrénie. Sa santé s'aggrave progressivement et semble l'éloigner des réalités. Son père névrotique est mort en 1905 à cause d'une situation mentale défaillante.

Sa pièce de théâtre est jouée à Berlin en 1934 et rencontre un vif succès. L'artiste ignore tout de la reconnaissance du public. Le poète est désormais enfermé dans un institut à Hildesheim. Il est transféré à Waldheim avec un groupe de malades le 14 mars 1941. Le 28 avril, il est à nouveau transféré mais cette fois nul ne sait où. L'autorité nazie supprime les personnes non conformes aux critères de la race supérieure - selon le programme d'extermination T4. Bien que la mère de cette victime ait reçu une urne funéraire avec pour seule information une cause de décès possible soit un accident vasculaire cérébral survenu à l'hôpital psychiatrique de Sonnenstein, il est probable qu'il ait trouvé la mort dans une chambre à gaz à Sunstone à Pirna. Durant cette période des centaines de patients disparaissent partout en Allemagne.

Les écrits de l'écrivain sont tombés dans l'oubli en dehors du livre Erlebnisse aus Freiheit und Gefangenschaft qui est un témoignage détaillé de la vie en camp et de l'intensité émotionnelle consécutive au retour vers la liberté. Les historiens y trouvent des informations précises sur un camp de concentration français aux conditions de vie acceptables surveillées par différentes commissions internationales dont la Croix Rouge. Le livre comporte trois chapitres, le premier concerne son voyage en Amérique, puis un second sur la France et l'Ile Longue, le dernier à propos de la Suisse.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.
Un proriétaire immobilier particulier : le docteur Bavay.
Villa de la famille Crouan puis Farge en Landévennec.
L'intrusion du 709th tank battalion.
Des chars fabriqués à Détroit, affectés à Fort Lewis, participent à la libération de la Presqu'île de Crozon.
Photos souvenirs des vacances de femmes des années 30 lors d'une crise d'indépendance. Elles ont passé la nuit à l'hôtel sans époux, quel scandale ! Un tourisme de liberté.
Mathurin Méheut peintre créateur d'images remarquables.
Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



Au delà du bout du monde...

Compatibilité SMS Féminisme