19e RI et 118e RI des régiments d'infanterie à Crozon

Le régiment des Quimpérois : 118e RI
Constitution de la 118e Brigade de Bataille en 1794 pour la campagne d'Italie. Création du 118e Régiment d'Infanterie de Ligne pour la guerre d'Espagne en 1808. Dissous en 1814. Reconstitué en 1870 à Quimper. 1er et 2ème bataillon à Quimper – 3ème bataillon à Landerneau. Le régiment est régulièrement présent en presqu'île de Crozon. Sa venue fait l'objet de publication dans la presse. Le casernement principal est le fort de Crozon mais aussi chez l'habitant ce qui met de l'animation diversement appréciée dans les foyers. Juste avant la première guerre mondiale, le 118ème RI est composé de trois bataillons de marche et de trois sections de mitrailleuses ainsi que d'une compagnie hors-rang*, soit 55 officiers et 3320 hommes accompagnés de 186 chevaux. Le 118e RI quitte le Finistère le 21 août 1914 et monte au front le 23 à la bataille de Maissin avec pour chef de corps le colonel François, les morts sont nombreux à l'issu de l'affrontement. Les nouvelles incorporations ne seront plus bretonnes et proviendront de partout en France. Dissous en 1928. Reconstitué en mai 1940, il est mis en charpie au front dès le début de la seconde guerre mondiale. Dissous définitivement en 1997. Sa devise "Peg e barz" – "Croche dedans". Le lieutenant-colonel Philippe Pétain – futur maréchal, y sert en 1907-1908.

Le régiment des Brestois : 19e RI
Le 19e régiment d'infanterie dont les origines datent de 1590 était une troupe de François de Bonne de Lesdiguières qui en avait constitué les deux premières compagnies qui portaient son nom. Une multitude de dénominations sera accordée à ce régiment de marcheurs infatigables. "Régiment de Flandre" puis "Régiment de Saulx" jusqu'à sa première nomination de 19ème (19ème régiment constitué en France) : 19e régiment d'infanterie de ligne ci-devant Flandre le 1 janvier 1791. Régiment de ligne, de marche, qu'importe les désignations successives, le régiment est désormais brestois et recrute plutôt au Nord Finistère et dans les départements limitrophes en second lieu. Des détachements sont affectés en presqu'île de Crozon, on y vient à pied avec le paquetage de 25 à 35 kilos selon la saison. Le principal casernement sur place est le fort de Crozon. La troupe est en poste au corps de garde du Kador ainsi qu'au fond de l'anse de Dinan. Les compagnies sont en charge de deux mitrailleuses à chaque position tenue. Ce sont avant tout des heures de garde du littoral. Une routine particulièrement ennuyeuse en temps de paix qui sera reprise par le 87e RIT début août 1914 et par le 248e RI à l'approche de la seconde guerre mondiale. Le régiment quitte la Bretagne le 8 août 1914 pour la grande guerre qui fera une liste invraisemblable de victimes sous le commandement du colonel Chapes. Dissous une première fois en 1920, reconstitué en 1939 à Landerneau, définitivement dissous en 1998. Sa devise "La vague s’y brise".

En 1914, le 118e RI et le 19e RI compose la 44e brigade d'infanterie du général Chaplain de la 22ème division du XIe (11ème) corps d'armée, et connaîtront bien des tragédies telles que celles de Tahure, la Boisselle... Ces deux régiments d'infanterie représentent pour de jeunes presqu'îliens qui ne veulent ni être pêcheurs, ni être paysans, tant la pauvreté est assurée, une place sérieuse et respectable. Nourris, logés, blanchis, avec des revenus réguliers et une possibilité d'avancement pour les plus futés, cela constitue suffisamment d'arguments pour être convaincu d'un avenir heureux dans l'armée ceci d'autant que pour plaire aux jeunes-filles des campagnes qui veulent se marier, le soldat a toujours la primeur par rapport au sardinier à qui on prédit une fin violente par une mer déchaînée. Bien sûr, il y a la vie de troupier pas tous les jours facile avec des marches jusqu'à 65 kilomètres et un barda qui pèse un âne mort. Après la marche, les exercices de tirs au Menez Hom, à Telgruc, dans les dunes de l'anse de Dinan, etc. Il y a aussi les simulations d'attaque au cours de manœuvres intégrant l'éventualité de débarquements ennemis en presqu'île de Crozon. Chaque soir, on boit de bonnes rasades de vin avec la population pour fêter une belle journée de combat durant laquelle personne ne meurt et dont les blessures graves sont des foulures ou des écorchures. Il y a toujours une main féminine pour soigner le grand blessé !

Le seul sale boulot que l'infanterie n'est pas encline à accomplir de gaité de cœur est le maintien de l'ordre lors des grèves, des révoltes populaires. Les ordres d'abord bien sûr mais ça fait mal de faire feu sur des gars du peuple, des frères, qui réclament plus de justice sociale. Se battre pour la patrie d'accord, mais tirer sur le pauvre bougre pour enrichir le riche, ça passe mal.

Les jeunes partent à la guerre en chantant dans des trains fleuris, la guerre va être courte et la victoire éclatante, les équipements sont incomplets mais qu'importe, le moral est au plus haut entre copains à qui l'on parle breton. Les officiers braillent du français qu'il faut traduire vite fait pour ne pas être en retard dans l'exécution des ordres. Les Bretons au front attirent les moqueries à toujours réclamer du pain et du vin... Certains cherchent tout le temps du beurre salé et rechignent à la viande, ils n'ont pas l'habitude d'en manger. A leurs gamelles, ils y tiennent comme à la prunelle de leurs yeux, on dit qu'ils astiquent le fer blanc jusqu'à ce qu'il brille du feu de dieu. On dit aussi que beaucoup meurent parce que l'éclat métallique de leurs gamelles fait d'eux des cibles faciles. A l'heure des combats, on comprend vite que ce sont des durs même si leur fusil Lebel leur parait compliqué à l'usage...

*Les bataillons partent à l'assaut baïonnette au fusil. Les sections de mitrailleuses défendent une ligne que des ennemis armés de fusils à baïonnette tentent de briser. La compagnie hors-rang de chaque régiment d'infanterie (C.H.R.) est constituée de toutes les personnes qualifiées à des fonctions très variées de téléphonistes, dentistes, infirmiers, fourriers, secrétaires, cyclistes, sapeurs-bombardiers, musiciens, vétérinaires, bourreliers, vaguemestres, armuriers, brancardiers, cuisiniers, comptables, ordonnances... Chaque spécialité arborait des sigles cousus sur les manches du militaire afin qu'il soit immédiatement identifiable.



Destins de guerre

Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?

19e RI & 118e RI

2e RAC & 3e RAP

13ème RIC

87e RIT

Sous -marin Germinal

Sous marins Naïade Q015 et Q124

Dixmude

Tahure

11 novembre

La Fronde

Débarquement d'Athènes

3 frères morts pendant la grande guerre

Remorqueur Atlas

Croiseur Ernest Renan

Cuirassé Suffren

Croiseur cuirassé Kléber et sous-marin allemand UC-61

Le Bouclier

El Ksiba Maroc

Le Pluton

Le Sfax

Cuirassé Bretagne

Cargo le Granville

Camp de Watenstedt

Résistant 18 ans fusillé

25/26 août 1944 bombardement de Roscanvel

3 septembre 1944 bombardement de Telgruc

Mémorial de l'aéronautique

Le 248 RI 208ème compagnie et 5ème Bataillon en 1940

La bataille de l'Ailette le 5 et 6 juin 1940

Résistance à Camaret

Réseau Vengeance

bataillon de FTP - Franc-tireur-partisan

Commandant L'Herminier

L'Emigrant sous protection allemande

Tante Yvonne

Marcel Clédic

Maquis de Spezet

Jean Ménez

Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre

Yves Lagatu

La Soizic

Bateaux de Camaret arraisonnés ou mitraillés par la Royal Navy et la RAF

La Suzanne-Renée - Réseaux d'évasions des pilotes Américains et Anglais de la WW2

La Croix de Pen-Hir

Rose Bruteller

Opération Rhubarb

Les bancs de brouillard

Morts pour la France

Soldats inconnus

Les tombes du Commonwealth de : Camaret - Crozon - Lanvéoc - Roscanvel

Les forces américaines de la libération de Brest et Crozon

3rd Division Air Force

Task force (A et B)

Les forces allemandes lors de la libération de Brest et Crozon

Les légions étrangères allemandes présentes en Crozon

Feldkommandantur 752

2. Tactical Air Force RAF

Gardien de batterie

Pilote aviateur Gaston Beven

Officier mécanicien Capitaine Jean Tassa

Guy Eder de la Fontenelle

°°°

FORTS FORTIFICATIONS BATTERIES DE COTE AVANT 1939

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945



A la une :

Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021